L’Iran nie toute implication dans des attaques des rebelles Houthis en mer Rouge

Téhéran, 23 déc 2023 (AFP) – L’Iran a rejeté samedi les accusations des Etats-Unis sur son implication dans des attaques récentes menées par des rebelles Houthis du Yémen contre des navires commerciaux en mer Rouge.

“La résistance (groupes armés en lutte contre Israël, NDLR), dispose de ses propres forces et agit en fonction de ses propre décisions et capacités”, a déclaré le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Bagheri, à l’agence locale Mehr.

Selon Mehr, le diplomate réagissait aux “affirmations des Occidentaux” selon lesquelles Téhéran “informait” les Houthis yéménites de “l’emplacement des navires américains”.

Affirmant agir en soutien aux Palestiniens du Hamas dans leur guerre contre Israël, les rebelles yéménites, soutenus par Téhéran, ont revendiqué ces dernières semaines plusieurs attaques contre des navires commerciaux liés, selon eux, à Israël.

Vendredi, la Maison Blanche a accusé l’Iran d’être “très impliqué dans la planification” des attaques récentes des rebelles Houthis en leur livrant “des équipements militaires sophistiqués” et une “aide en matière de renseignement”.

Samedi, un drone a frappé un navire commercial dans l’océan Indien et provoqué des dommages, sans faire toutefois de blessés, selon deux agences maritimes, l’une d’elles affirmant que le navire était lié à Israël. La responsabilité de cette frappe n’a pas été établie dans l’immédiat.

Selon le Pentagone, les Houthis, qui contrôlent des pans entiers du territoire yéménite, dont la capitale Sanaa, ont lancé plus de 100 attaques de drones et de missiles, ciblant 10 navires marchands impliquant plus de 35 pays différents.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE