L’OMC plonge dans l’inconnu après l’échec des négociations sur la pêche et l’agriculture

Abou Dhabi, 1 mars 2024 (AFP) – Bien qu’ayant sauvé in extremis un accord sur le commerce électronique, la réunion ministérielle de l’OMC s’est soldée vendredi sur un constat d’échec sur les dossiers majeurs de la pêche et de l’agriculture, plongeant l’organisation dans l’inconnu.

« Je terminerai par une citation que j’attribue à Winston Churchill, qui a dit, et je cite, +le succès n’est pas définitif. L’échec n’est pas fatal. C’est le courage de continuer qui compte+ », a déclaré la directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce, Ngozi Okonjo-Iweala, à la fin de la 13e Conférence ministérielle (CM 13) de l’organisation à Abou Dhabi.

« Nous avons travaillé dur cette semaine, nous avons réalisé certaines choses importantes et nous n’avons pas réussi à en achever d’autres », a-t-elle reconnu.

Les résultats de la ministérielle ont mis en évidence les profondes divisions entre les 164 membres de l’OMC, « dans un contexte international marqué par une incertitude plus grande que jamais », a relevé Mme Okonjo-Iweala.

Les accords à l’OMC sont par ailleurs difficiles à trouver car les décisions sont prises par consensus et un seul pays peut faire capoter un accord.

L’OMC est déjà déstabilisée depuis fin 2019 par la paralysie du mécanisme qui permet de régler les différends entre ses membres. Le renouvellement des juges de l’organe d’appel est gelé par les Etats-Unis.

Les pays avaient décidé il y a deux ans d’oeuvrer en vue de disposer d’un système opérationnel « pour 2024 ». Ils n’y sont pas parvenus, et ont tout simplement décidé à Abou Dhabi « d’accélérer les discussions (…) en vue d’atteindre l’objectif pour 2024 ».

« Nous souhaitions davantage de progrès sur l’appel », a indiqué le commissaire européen au Commerce Valdis Dombrovskis.

« Peut-être que l’OMC avait besoin d’une bonne crise et peut-être que celle-ci nous fera prendre conscience que nous ne pouvons pas continuer ainsi », a affirmé une haute responsable européenne, sous couvert d’anonymat.

« Nous verrons comment nous allons recoller les morceaux », a-t-elle ajouté.

– « Un bon ami » –

« Même si le commerce électronique est sauvé, on peut parler de crise à l’OMC », a renchéri une source proche des discussions.

Après cinq jours de discussions, aucun accord n’a été obtenu sur les subventions à la pêche favorisant la surpêche et la surcapacité, ni sur l’agriculture, considérées comme les deux gros dossiers de cette ministérielle.

« L’agriculture est une fois de plus le sujet qui fait ou défait une conférence ministérielle », avait prévenu le commissaire européen à l’Agriculture Janusz Wojciechowski sur le réseau X.

Les négociations agricoles ont buté sur les revendications agricoles de l’Inde, acteur incontournable des négociations sur tous les dossiers majeurs à Abou Dhabi.

Sur la pêche les pays ne sont pas parvenus à se mettre d’accord sur la période de transition accordée aux pays en développement, les pays estimant que l’Inde demandait un trop grand nombre d’années.

A la dernière minute toutefois l’Inde a en revanche décidé de ne pas apposé son veto à l’extension du moratoire douanier sur les transmissions électroniques. Le ministre du Commerce indien, Piyush Goyal, a expliqué que son pays avait décidé de lever son objection « par respect » pour le président de la conférence, son homologue émirati, qu’il considère comme un « bon ami ».

– l’OMC s’enlise dans « la boue » –

« Si l’on peut parler de crise, c’est que le consensus, qui a été le ciment de cette organisation, est devenue la boue dans laquelle elle s’enlise », a réagi Richard Ouellet, de l’Université Laval au Canada.

En outre, « cette réunion ministérielle s’annonçait difficile, compte tenu des frictions géopolitiques et du nombre de pays qui se rendront aux urnes dans les mois à venir », a déclaré à l’AFP John Denton, secrétaire général de la Chambre de commerce internationale, auprès de l’AFP.

« La faiblesse inattendue du paquet global de résultats devrait cependant servir de signal d’alarme quant à la nécessité d’un débat plus nuancé et plus constructif sur le rôle du commerce dans la société, tant au niveau local que mondial. Aucun pays n’a à gagner d’un affaiblissement du système commercial multilatéral », a-t-il averti.

Comme à chaque ministérielle, la pression était forte pour que l’OMC affiche des résultats. Cette année les attentes étaient particulièrement élevées face au possible retour à la Maison Blanche de Donald Trump, qui a tout fait pour saper l’organisation durant son premier mandat.

La précédente ministérielle de 2022 à Genève s’était achevée par un certain succès, avec des accords sur l’interdiction des subventions à la pêche illégale et sur les brevets des vaccins anti-Covid. Un « miracle » que Mme Okonjo-Iweala avait appelé à reproduire.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.