Manille accuse les garde-côtes chinois d’avoir tiré sur ses bateaux avec des canons à eau

Manille, 9 déc 2023 (AFP) – Les Philippines ont accusé samedi les garde-côtes chinois d’avoir tiré à plusieurs reprises avec des canons à eau pour “entraver” trois bateaux du gouvernement près d’un récif contrôlé par Pékin en mer de Chine méridionale.

L’Unité opérationnelle nationale pour les Philippines occidentales a accusé, dans un communiqué, “les navires des garde-côtes chinois d’avoir utilisé des canons à eau pour entraver des bateaux” du gouvernement philippin qui approvisionnaient des bateaux de pêche.

L’incident s’est produit près du récif de Scarborough Shoal, une zone de tensions entre Manille et Pékin, qui revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale.

Dans une vidéo diffusée par les garde-côtes philippins, des navires des garde-côtes chinois apparaissent tirant avec des canons à eau sur les navires du Bureau philippin des pêches et des ressources aquatiques.

La Chine a pris le contrôle de Scarborough Shoal aux Philippines en 2012. Elle a déployé depuis des patrouilleurs qui, selon Manille, harcèlent les navires philippins et empêchent les pêcheurs philippins d’atteindre le lagon où le poisson est plus abondant.

Scarborough Shoal se trouve à 240 km à l’ouest de l’île principale des Philippines, Luçon, et à près de 900 km de la province du Hainan, terre chinoise la plus proche.

En vertu de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982, que la Chine a contribué à négocier, les pays ont juridiction sur les ressources naturelles situées dans un rayon d’environ 200 milles marins (370 kilomètres) de leurs côtes.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE