Mort du président de Fincantieri, premier constructeur naval européen

Rome, 17 juin 2024 (AFP) – Le président du groupe italien Fincantieri, premier constructeur naval italien, Claudio Graziano, qui commanda aussi la force des Nations unies au Liban, est décédé à l’âge de 70 ans, selon les autorités italiennes, des médias évoquant un suicide.

M. Graziano avait été nommé en mai 2022 à la présidence de Fincantieri, premier constructeur naval européen avec 21.000 employés et un chiffre d’affaires de 7,7 milliards d’euros.

« Aujourd’hui, nous pleurons la perte non seulement d’un grand dirigeant qui a consacré sa vie entière à l’Italie mais à un manager remarquable et un ami cher », a indiqué dans un communiqué le directeur général du groupe, Pierroberto Folgiero.

Une arme à feu a été retrouvée près de son corps à son domicile romain, ainsi qu’une lettre d’adieu dans laquelle il évoque la perte récente de son épouse, selon l’agence Ansa.

« Un des derniers défis qu’il ait eu à affronter avec courage fut pour son plus grand amour, sa femme Marisa, la soutenant pendant sa maladie avant sa triste disparition il y a juste un an », a ajouté M. Folgiero.

La cheffe du gouvernement Giorgia Meloni a salué dans un communiqué « un serviteur de l’Etat intègre qui tout au long de sa vie a fait honneur à la Nation, aux Forces armées et aux institutions » tandis que le président Sergio Mattarella a rendu hommage à « un homme d’Etat généreux et loyal ».

Né en 1953 à Turin (nord), Claudio Graziano entre dans l’armée et se forme chez les chasseurs alpins auxquels il restera fidèle pendant toute sa carrière militaire.

Déployé au Mozambique avec les Casques bleus en 1992, il est attaché militaire à l’ambassade d’Italie à Washington juste après les attentats du 11 Septembre 2001, sert en Afghanistan puis est nommé en 2007 par le secrétaire général des Nations unies commandant de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul).

De 2015 à 2018, il est chef des armées en Italie et à partir de 2017 préside le Comité militaire de l’Union européenne, jusqu’à son arrivée à Fincantieri, quelques mois après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Sur X, le chef de la diplomatie de l’Union européenne Josep Borrell l’a crédité d’avoir « contribué à donner forme à une véritable politique de sécurité et de défense commune ».

« Il a été un conseiller précieux à des moments critiques pour la sécurité de l’UE », a-t-il dit.

L’action du groupe Fincantieri, contrôlé par l’Etat italien, a perdu jusqu’à 3% à la Bourse de Milan après l’annonce de sa disparition. Elle a clôturé en recul de 1,7%, à 5 euros.

Après un long feuilleton et sur fond de rivalité industrielle et capitalistique, la France et l’Italie avaient annoncé en 2021 l’abandon d’un projet de rachat des Chantiers de l’Atlantique (ex-STX France) par Fincantieri qui aurait permis de renforcer la construction des grands navires de croisière soumise à la concurrence asiatique.

Rome et Paris avait invoqué la crise sanitaire qui a impacté le tourisme mondial mais une alliance entre Fincantieri et le chinois CSCC pour la construction de paquebots avait aussi défavorablement pesé dans la balance.

ide-gab/eb

FINCANTIERI

X

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.