MSC Croisières: +15% en France en 2013, 50.000 passagers

« L’année 2013 a été excellente pour l’industrie de la croisière », a souligné Erminio Eschena, directeur général pour la France, la Belgique et le Luxembourg de MSC Croisières, qui revendique le statut de challenger en France du leader Costa Croisières.

Le chiffre d’affaires de MSC (Mediterranean Shipping Cruises) pour la France, non divulgué, a lui aussi progressé de 15% en 2013. La compagnie se considère comme « le moteur de croissance du marché de la croisière en France », selon les mots du DG.

De fait, MSC Croisières, présente en France depuis une dizaine d’années seulement, a affiché une expansion de +35% en cinq ans entre fin 2008 et fin 2013, passant de 40.000 à 150.000 voyageurs, contre +11% pour le marché français de la croisière, a souligné M. Eschena.

Environ 90% des séjours vendus par MSC en France concernent des croisières de 7 nuits, les 10% restants des séjours plus longs. La dépense moyenne des voyageurs est « d’environ 100 euros net par personne et par jour », a indiqué M. Eschena.

MSC Croisières comprend au total 12 navires qui sillonnent la Méditerranée, l’Europe du Nord, les Caraïbes, l’Amérique du Sud et l’Afrique du Sud et devraient accueillir 1,7 million de passagers dans le monde en 2014, selon les prévisions du groupe.

L’un d’eux est positionné au départ de Marseille, avec des circuits de 7 ou 9 nuits, et MSC compte renforcer ses capacités en France, avec trois bateaux supplémentaires passant par Marseille en 2014.

« Les tendances sont très bonnes pour la Méditerranée cet hiver au départ de Marseille », a indiqué M. Eschena.

Pour le printemps et l’été prochains, la tendance chez MSC est une croissance des ventes sur le marché français de 25% en volume et de 33 à 34% en termes de chiffre d’affaires, a-t-il dit.

« Oui, la croisière est porteuse. Mais le moteur de la croissance depuis cinq ans en France, c’est bien MSC », a estimé M. Eschena.

MSC a un projet de développement d’un nouveau bateau, d’une taille inférieure à 300 mètres, afin de pouvoir « faire escale dans des ports pas encore équipés pour accueillir » les plus gros bateaux, a souligné M. Eschena.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.