Naval Group optimiste après un bénéfice net 2017 en hausse de 50%

Le chiffre d’affaires 2017 ressort en hausse de 16% à 3,7 milliards d’euros, dont 35% à l’international, a indiqué le groupe jeudi. Les prises de commandes progressent de 51% à 4 milliards d’euros et la marge opérationnelle est de 4,7%, contre 3,2% en 2016, avec un excédent d’exploitation (Ebita) de 172,7 millions d’euros (+68,5%).

“Après plusieurs années d’efforts collectifs, Naval Group confirme ses objectifs de croissance, s’appuyant sur la capacité de ses équipes à renforcer sans relâche la maîtrise opérationnelle de ses programmes et de ses offres, mais aussi sur sa nouvelle stratégie européenne et internationale et la construction d’un pacte industriel et social inscrit dans la durée”, s’est félicité le PDG, Hervé Guillou, cité dans un communiqué.

“Les résultats de l’exercice 2017 marquent, pour la troisième année consécutive une progression de notre chiffre d’affaires et une amélioration de notre marge nette et de notre rentabilité opérationnelle”, a pour sa part souligné Frank Le Rebeller, le directeur général finances, juridique et achats.

“Ces résultats permettent notamment de créer de nouveaux emplois, d’accroître les investissements et de renforcer notre compétitivité, condition essentielle de notre développement au service de la Marine nationale et de nos clients à l’international”, a-t-il ajouté.

L’ex-DCNS a recruté plus de 1.000 nouveaux collaborateurs en 2017 et souligne que “cette dynamique va se poursuivre”. “On est sur des tendances de recrutement qui n’atteindront pas nécessairement des chiffres équivalents mais qui devraient s’en rapprocher”, a déclaré Frank Le Rebeller à l’AFP.

Pour l’année qui s’ouvre, “l’amélioration de la rentabilité opérationnelle devrait se poursuivre en 2018, et le résultat net part du groupe devrait progresser de l’ordre de 10%”, indique Naval Group.

Sur l’ensemble de l’exercice 2018, le groupe “poursuivra son action d’amélioration continue de la compétitivité de ses offres et des programmes en cours, tant domestiques qu’internationaux, conditionnée notamment par une maîtrise des coûts et des délais.”

Côté prises de commandes, Naval Group indique que “la compétitivité des offres a contribué à l’accroissement du taux de marge moyen du carnet de commandes”, qui ressort à 11,9 milliards d’euros à fin 2017.

Le ratio Book-to-Bill (prises de commandes sur chiffre d’affaires), indicateur important du secteur, atteint 1,08 en 2017. Sur les trois années 2015-2017, il s’établit à 1,02.

dlm/fka/spi

NAVAL GROUP