Première traversée de l’Arctique par le passage du Nord-Est pour les Chinois

Le Xuelong (Dragon des neiges), arrivé à Reykjavik jeudi soir, “est le premier navire chinois à emprunter cette route et, bien sûr, c’est important car c’est un itinéraire qui réduit de 40% le trajet vers l’Europe”, a indiqué à l’AFP un scientifique islandais qui participe à l’expédition, Egill Thor Nielsson.

Les Chinois sont d’autant plus intéressés aujourd’hui par cette route que le voyage a été “assez facile”, d’après lui.

“Il a fallu près de dix jours pour naviguer depuis la mer de Sibérie orientale, en passant par la mer des Barents, et, pendant ce temps-là il n’y a eu de la banquise que pendant sept jours”, a précisé M. Nielsson.

Les motivations de Pékin sont commerciales, mais pour le scientifique il importe avant tout “de comprendre les changements climatiques et leur incidence” sur l’Arctique.

Le passage du Nord-Est est de plus en plus emprunté: en 2010, quatre navires l’ont pris, mais ils étaient 34 en 2011 et seront encore plus nombreux cette année, a relevé M. Nielsson.

La Chine a affirmé sa volonté de jouer un rôle plus important dans la région Arctique et a posé sa candidature pour un poste d’observateur permanent au Conseil arctique, aux côtés notamment de l’Union européenne, du Japon et de la Corée du Sud.

Le Xuelong, seul brise-glace que possède la Chine, a été acheté à l’Ukraine en 1993.Un autre brise-glace, cette fois-ci assemblé en Chine et conçu avec l’aide d’une société finlandaise, de 8.000 tonnes, doit être mis à l’eau en 2014.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE