Séoul arraisonne un cargo panaméen soupçonné de commerce avec le Nord

Le Koti, un navire de 5.100 tonnes, a été immobilisé il y a deux semaines dans le port sud-coréen de Pyeongtaek-Dangjin et son équipage est actuellement interrogé pour des soupçons de transbordement de cargaisons d’un bateau à un autre, précise l’agence en citant des responsables locaux des affaires maritimes.

C’est la seconde fois en quelques jours que ce type d’arraisonnement est signalé.

La Corée du Sud a annoncé vendredi une inspection en novembre d’un bateau battant pavillon hongkongais, le Lighthouse Winmore, qui avait transféré sur un navire nord-coréen une cargaison de produits pétroliers.

Mais contrairement au bateau hongkongais, le Koti n’a pas été autorisé à reprendre la mer, en raison d’une interdiction décidée par le gouvernement sud-coréen le 21 décembre. Son équipage, qui provient essentiellement de Chine et de Birmanie, est actuellement interrogé par les douanes et les renseignements.

“Le bateau fait l’objet d’une inspection pour des liens présumés avec la Corée du Nord”, a précisé selon Yonhap un reponsable du gouvernement.

Les autorités n’étaient pas immédiatement joignables pour confirmer ou démentir cette information.

Le Conseil de sécurité de l’ONU, qui a voté cette année trois séries de sanctions pour contraindre Pyongyang à renoncer à ses programmes balistique et nucléaire, a encore haussé le ton jeudi en bannissant des ports du monde entier quatre navires nord-coréens soupçonnés de transporter ou d’avoir transporté des marchandises interdites.

Ce faisant, il a doublé le nombre de bateaux interdits de ports. Quatre autres navires l’avaient déjà été en octobre, une première dans l’histoire des Nations unies.

Les quatre navires interdits jeudi sont, selon des sources diplomatiques, les cargos Ul Ji Bong 6, Rung Ra 2, Rye Song Gang 1 et Sam Jong 2.

Or c’est vers ce dernier bateau que le Lighthouse Winmore aurait illégalement transféré une partie de sa cargaison de produits pétroliers en octobre.

“C’est un cas typique de la façon dont la Corée du Nord contourne sournoisement les sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU en utilisant ses réseaux illégaux”, a déclaré vendredi aux journalistes un responsable du ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

En 2017, le Conseil de sécurité a imposé à l’unanimité trois séries de sanctions économiques à la Corée du Nord: le 5 août (fer, charbon, pêche…), le 11 septembre (textile, limitation de livraisons de pétrole) et le 22 décembre (produits pétroliers raffinés notamment).