Le prix de l’innovation 2021 EVOLEN

EVOLEN

Chaque année, EVOLEN récompense le talent et l’audace des PME, avec le « prix EVOLEN de l’Innovation ». Le prix 2021 de l’innovation a été remis durant les Journées Annuelles EVOLEN, les 12 et 13 octobre. Pour cette 23e édition du prix de l’innovation, 16 sociétés ont déposé des dossiers sur des thèmes variés comme la production ou le transport d’hydrogène, les nouvelles mobilités maritimes ou encore de nouvelles solutions de jumeaux numériques et d’outils d’aide à la décision. Parmi ces 16 candidats, le jury, composé de représentants de grands acteurs de l’industrie, a présélectionné 8 innovations.

Le jury a décerné à la société AYRO, société industrielle qui développe et commercialise une aile de propulsion automatisée et affalable pour le transport maritime appelée Oceanwings®, le prix de l’innovation EVOLEN 2021.

AYRO

« Le prix EVOLEN décerné à AYRO témoigne de l’intérêt suscité par l’Oceanwings® et de sa pertinence pour aider les acteurs maritimes à relever leurs défis environnementaux tout en participant à l’amélioration de leur performance de service et de rentabilité. Ce prix va non seulement apporter une motivation supplémentaire à l’équipe AYRO mais également renforcer nos liens avec les adhérents d’EVOLEN, a indiqué Marc Van Peteghem, co-fondateur et Président d’AYRO. »

Le jury a aussi récompensé deux innovations par un prix spécial du jury : Athena Recherche et Innovation a remporté ce prix du Jury pour son procédé de production de bioHydrogène à partir des eaux usées et des déchets de l’industrie agroalimentaire. Principia et Phimeca ont aussi remporté le prix du Jury avec leur produit de suivi en fatigue des assets de l’Oil & Gas qui sera indispensable dans le mix énergétique de notre avenir décarboné.

Athéna Recherche et Innovation

« C’est une grande fierté pour nous de recevoir aujourd’hui le prix de l’innovation EVOLEN, a déclaré Ludovic BRIAND, Président d’Athéna Recherche et Innovation. C’est la reconnaissance du pari dans lequel nous nous sommes lancés il y a 5 ans. C’est aussi la reconnaissance qu’il est possible de produire de l’hydrogène par voie biologique en utilisant des déchets et en ne générant pas de CO2. Nous allons pouvoir accompagner la filière dans sa transition. »

Sur le principe que les déchets des uns sont les ressources des autres, Athéna Recherche et Innovation développe un procédé de production de bioHydrogène à partir des eaux usées et des déchets de l’industrie agroalimentaire. En effet, ces déchets sont en fait une formidable source d’énergie pour le monde du vivant grâce aux sucres, lipides, minéraux… qu’ils contiennent et nos bactéries en raffolent. D’ici 3 ans, avec le soutien de TOTAL energies, Technip Energies, Engie et Schlumberger, Athéna Recherche et Innovation sera capable de mettre en production le premier « écosystème bioHydrogène » de France dont la capacité de production sera de 40 tH2/an. Les 40 tonnes de ce pilote industriel permettront aux camions de l’industriel fournisseur du déchet de parcourir 700 000 km et d’éviter le rejet de 600 t de CO2.

PRINCIPIA et PHIMECA

PRINCIPIA et PHIMECA ont mis au point un traitement en temps réel des données mesurées in-situ sur des systèmes offshores afin d’évaluer l’endommagement des différents composants structurels du système. Cette solution est résolument pragmatique et combine un faible CAPEX avec une forte réduction du nombre de mesures et un faible OPEX car le traitement est automatique. Ce « jumeau numérique » est mis en place au cours d’une phase d’apprentissage qui se déroule en parallèle de la phase de dimensionnement avec l’utilisation de techniques de science de la donnée. Au final, le produit se présente sous la forme d’un logiciel embarqué qui communique avec les capteurs et renvoie automatiquement des diagnostiques de fatigue ou des alertes en cas d’écart par rapport aux attendus. Cette innovation s’adresse à tous les opérateurs d’installation offshore que ce soit pour les énergies renouvelables ou pour l’activité pétrolière. Son extension à l’éolien bénéficie actuellement d’un financement européen FEDER via le pôle mer PACA car cet outil de monitoring représente un véritable atout pour le suivi des fermes éoliennes offshores puisqu’il est envisageable de le déployer sur plusieurs unités sans surcoût prohibitif.

Source : EVOLEN

LE FIL INFO DE M&O