Afrique du Sud: des manchots englués dans du pétrole, le soutage des navires en question

Lors de son réapprovisionnement en carburant pendant le week-end, un vraquier battant pavillon libérien, le MV Chrysanthi, a recraché entre 200 et 400 litres de pétrole au large de Port Elizabeth (sud).

La baie d’Algoa, qui abrite la plus importante colonie de manchots au monde, a été partiellement souillée. Une vingtaine de manchots défigurés par le carburant ont été secourus au large de l’île de Sainte-Croix, selon le dernier bilan.

Les dégâts restent limités dans l’immédiat, mais cet incident met en lumière, aux yeux des défenseurs de l’environnement et des professionnels du tourisme, les risques liés au ravitaillement en carburant des bateaux en mer, le soutage.

« Ce qui s’est passé illustre exactement les inquiétudes que nous soulevons (depuis longtemps) concernant le soutage », s’indigne Stacey Webb, de la Fondation d’Afrique australe pour la conservation des oiseaux de la côte (SANCCOB).

« Le danger n’est pas écarté. Les manchots vont chercher de la nourriture jusqu’à une centaine de kilomètres des îles (île Oiseaux et île de Sainte-Croix) donc ils pourraient très bien se retrouver dans la nappe en mer », ajoute-t-elle à l’AFP.

Depuis trois ans maintenant, des bateaux viennent se ravitailler en carburant dans la baie d’Algoa. Une activité lancée pour soutenir l’économie de la zone, idéalement située à la pointe sud du continent africain, dans des eaux relativement calmes.

– « Affaire de gros sous » –

« Bien que le soutage soit d’abord une affaire de gros sous, l’argent généré dans la baie d’Algoa justifie-t-il de mettre en péril la survie de certaines espèces ? », se demande Jack Peeton, un tour opérateur spécialisé dans l’observation des baleines.

Les manchots sont menacés d’extinction, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Seuls quelque 50.000 adultes sont encore recensés dans le monde, principalement en Afrique du Sud et en Namibie voisine.

Jack Peeton revient juste de l’île de Sainte-Croix, où il a été confronté à « la vision terrible de deux +rangers+ en train d’évacuer dans des petits bateaux des manchots recouverts d’une épaisse couche d’un pétrole gras ».

« La situation est très inquiétante », estime la chercheuse Lorien Pichegru, de l’université Nelson Mandela à Port Elizabeth.

Lorsque la première nappe de pétrole a été recensée en 2016 dans la région, une centaine d’oiseaux avaient été englués dans 100 litres de carburant. Cette fois-ci, « les dégâts pourraient être quatre fois plus importants », met-elle en garde.

Les mauvaises conditions météo ont ralenti les opérations de secours cette semaine, selon le gouvernement, qui a toutefois estimé que l’incident ne nécessitait pas d’intervention nationale et ne remettait en aucun cas en cause le soutage.

Le ravitaillement en carburant des navires en mer se fait dans les règles fixées et les opérateurs ont subi « un audit strict », se défend Neville Noble, de l’Autorité de sécurité maritime sud-africaine (Samsa).

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.