Au Groenland, des seniors enfiévrés réunis pour une compétition sportive nationale

Ilulissat (Danemark), 1 juil 2022 (AFP) – « C’est inhabituel de voir autant de personnes âgées faire du sport d’équipe ensemble, c’est marrant ».

Animateur dans un jardin d’enfants d’Ilulissat, Jennsinnguaq Lundblad est venu avec ses élèves assister à une compétition insolite: les jeux groenlandais pour les seniors, qui rassemblent chaque année des équipes de retraités de l’ensemble de l’immense territoire autonome danois.

Venus des quatre coins de la plus grande île du monde – deux millions de km2, soit près de quatre fois la superficie de la France, et plus de 2.500 km du nord au sud – les 239 participants sont aussi enthousiastes dans les gradins que sur le terrain, où ils s’affrontent au handball, au hockey et au football.

Pour couvrir les frais de voyage, importants sur un territoire majoritairement recouvert de glaces où l’on ne peut se déplacer que par air ou mer, les dix équipes voyageant ont reçu une bourse afin que personne ne rate l’occasion de participer.

Magrethe Jakobsen, 74 ans et tee-shirt violet clinquant, est elle venue de Paamiut, à plus de 800 km au sud de l’autoproclamée capitale des icebergs.

Comme Laila Møller, 68 ans, elle ne voulait pas passer sa retraite esseulée à la maison.

« C’est pour se bouger, rencontrer du monde, la sociabilité que je fais ça », dit-elle, avant d’énumérer les multiples occasions de convivialité qui ponctuent désormais sa vie.

« On joue deux fois par semaine, on va faire du fitness une fois par semaine. Ca veut dire que lundi, mercredi et vendredi, on est ensemble », exulte-t-elle.

Chaque match dure une vingtaine de minutes et les entraîneurs troquent souvent leur maillot partisan pour un sifflet d’arbitre.

Sur le terrain, les mouvements sont parfois lents et maladroits mais l’envie anime chacun.

« Gagner n’a pas d’importance », assure Grete Street.

Dans cette compétition créée en 2011, l’enjeu sportif est inexistant et peu d’athlètes pratiquaient avant la retraite.

« Tout le monde a le droit de bouger et quelqu’un peut être plus souple que les autres », sourit-elle.

Figure du sport local, la pimpante sexagénaire et d’autres volontaires distribuent les repas à la pause et veillent à ce que chacun remplisse son verre d’eau du glacier situé à quelques kilomètres d’Ilulissat.

« Beaucoup commencent à se connaître des différentes équipes », explique-t-elle.

« Je suis là pour retrouver les autres et m’amuser. C’est chouette », abonde Lisé Heilmann, 72 ans, heureuse de voir tant de monde dans le gymnase alors que l’an dernier le nombre de spectateurs était limité à 20 à cause des restrictions anti-Covid.

Les enfants eux s’en donnent à coeur joie et applaudissent aux exploits de leurs aînés, renforçant l’atmosphère de cohésion bienveillante qui règne.

« On est là tous ensemble, à la groenlandaise », conclut Grete Street.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.