Beneteau entend profiter de la reprise du marché en 2014

“2014 se présente comme la première année de croissance du marché mondial depuis la crise intervenue lors de la saison 2009”, estime Bénéteau dans un communiqué, publié à l’occasion de l’ouverture du 36e Festival international de la plaisance de Cannes (Alpes-Maritimes).

Le constructeur compte bénéficier notamment de la “croissance de marchés émergents comme l’Asie et l’Amérique du Sud” qui connaissent “depuis 2010 une croissance à deux chiffres et commencent à prendre de l’importance”, a expliqué à l’AFP Bruno Catelinais, le président du directoire.

Par ailleurs, “l’Amérique du Nord se prépare à l’année du rebond, les propriétaires ayant jusque-là différé leurs investissements parce qu’ils n’avaient pas confiance dans l’avenir”.

“Mais aux USA, depuis près de neuf mois, on voit les indicateurs de confiance des ménages américains progresser largement, ce qui va déboucher dans notre métier sur un rebond du marché”, assure-t-il.

Le patron de Bénéteau table donc sur une croissance du marché mondial de l’ordre de 3 à 4%, “même si on avait une baisse des marchés européens”.

Le marché mondial de la plaisance en 2013 est évalué à 5,7 milliards d’euros, contre 12,2 mds en 2008, a-t-il rappelé. “D’ici 2020, (il) devrait remonter au moins à 9,2 mds”, selon lui.

“Le groupe Bénéteau entend donc profiter pleinement de cette nouvelle situation, avec une offre élargie qui répond tant en voile qu’en moteur aux attentes des plaisanciers dans tous les pays”, souligne le groupe dans son communiqué.

Et M. Catelinais de citer notamment l’Oceanis 38, nouveau voilier de 11,50 m présenté pour la première fois au salon de Cannes, et dont le concept “révolutionnaire” permet au plaisancier d’adapter son bateau en fonction de l’utilisation qu’il en fait, en ajoutant ou en retirant des éléments.

Bénéteau rappelle que pour faire face à la crise du marché nautique mondial, il avait réorienté en 2010 sa stratégie vers une offre de bateaux de plus grande taille. Il s’était en outre lancé à la conquête des marchés émergents, notamment dans les yachts à moteur.

Le groupe table pour l’ensemble de son exercice décalé (2012/2013) sur un chiffre d’affaires de 810 millions d’euros, contre 831,2 millions en 2011/2012, et une perte opérationnelle de 7,5 millions.

Le salon de Cannes se tient jusqu’à dimanche.

dt-cal/fga/gib

BENETEAU