Canada: un bateau de croisière russe vide dérive en plein Atlantique Nord

Le “Lyubov Orlova” avait quitté l’île canadienne de Terre-Neuve le 23 janvier mais le câble qui le reliait au remorqueur devant le livrer à des ferrailleurs en République dominicaine s’est rompu le lendemain, livrant le bateau à la mer. Selon les médias canadiens, les seuls occupants de ce bateau fantôme sont des rats.

La dernière position du navire communiquée par le Canada à son propriétaire, le Torontois Reza Shoeybi, remonte au 4 février: il se trouvait à plus de 600 km au nord-est de Saint-Jean de Terre-Neuve, dans les eaux internationales.

Mais depuis, le propriétaire n’a plus eu de nouvelles informations de la part des autorités canadiennes: “Je les appelle tous les matins. Ils me disent de rappeler. Ils ne savent pas” où se situe le navire, a-t-il déclaré lundi au journal canadien The Telegram.

Contacté par l’AFP, un responsable du ministère canadien des Transports, en charge du dossier, a indiqué n’avoir “aucune information”.

De même, le Bureau de Sécurité des Transports, qui enquête sur la rupture du câble entre le bateau de croisière et le remorqueur, a dit ne pas savoir si des opérations étaient en cours pour déterminer sa position.

En attendant, M. Shoeybi a indiqué au Telegram qu’il avait entrepris des démarches auprès de remorqueurs européens pour intercepter son navire.

Il s’agit d’un nouvel épisode dans une longue saga débutée en octobre 2010, lorsque le bateau de croisière et ses 54 marins russes avaient été bloqués à Terre-Neuve, en raison de créances impayées.

Finalement vendu aux enchères en décembre de la même année, il devait être acheminé en République dominicaine pour être démonté par des ferrailleurs.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE