Cinq disparus après le naufrage d’un bateau sud-coréen au large du Japon

Tokyo (Japon), 20 mars 2024 (AFP) – Cinq personnes sont portées disparues mercredi après qu’un navire-citerne battant pavillon sud-coréen a chaviré au large du Japon avec 11 personnes à bord, selon les garde-côtes japonais.

Six membres de l’équipage — composé au total de deux Sud-Coréens, huit Indonésiens et un Chinois — ont été secourus et les garde-côtes sont « toujours à la recherche des cinq autres », a expliqué à l’AFP un porte-parole.

Le bateau « transportait de l’acide acrylique, mais on ne sait pas s’il y a une fuite dans l’océan », a précisé le porte-parole. Il a ajouté ne pas avoir d’informations sur l’état de santé des six personnes secourues, qui ont été emmenées à l’hôpital.

Des images de la chaîne de télévision japonaise NHK ont montré la coque rouge renversée d’un bateau, un radeau de sauvetage et un navire des garde-côtes ballottés par de fortes vagues ainsi qu’un hélicoptère qui survole le bateau.

L’équipage a prévenu les garde-côtes tôt mercredi que le navire chavirait et a demandé de l’aide près de l’île de Mutsure, au large de la côte sud-ouest du Japon, selon la NHK.

Les garde-côtes japonais ont reçu un appel de détresse peu après 07H00 locales (22H00 GMT mardi) prévenant que le bateau « tanguait », a encore dit le porte-parole.

D’après la NHK, le navire porte le nom de Keoyoung Sun. Selon le site spécialité vesselfinder.com, il s’agit d’un tanker de produits chimiques et d’hydrocarbures construit en 1996 et mesurant 69 mètres de long.

Son opérateur n’a pas souhaité faire de commentaire.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE