Deux nouvelles frappes américaines sur les Houthis au Yémen

Washington, 24 jan 2024 (AFP) – Les forces armées américaines ont annoncé avoir mené dans la nuit de mardi à mercredi deux nouvelles frappes sur les Houthis du Yémen, disant avoir visé, au sol, des missiles anti-navire dirigés vers la mer Rouge.

Depuis bientôt deux semaines, les Américains mènent des frappes au Yémen afin de “protéger” le trafic maritime en mer Rouge et dans le golfe d’Aden des attaques sur cette zone cruciale pour le commerce mondial lancées par les rebelles proches de l’Iran.

Cette nouvelle salve, vers 02H30 heure de Sanaa mercredi (23H30 mardi GMT), “a frappé deux missiles anti-navire des Houthis qui étaient dirigés vers le sud de la mer Rouge et étaient prêts à être tirés”, a écrit le Commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom) sur X (ex-Twitter).

Cette opération a été menée face à un “danger imminent pour les navires marchants et des bâtiments de l’US Navy dans la région”, a-t-il ajouté, Washington insistant depuis le début de ces frappes sur leur caractère défensif.

Lundi soir, les Américains avaient mené aux côtés de l’armée britannique d’importantes frappes visant huit sites des rebelles yéménites, ces derniers ayant averti qu’ils riposteraient.

Les Houthis multiplient les attaques contre des navires marchands en mer Rouge et dans le golfe d’Aden, de nombreux armateurs évitant désormais ces passages essentiels pour le commerce international.

Les rebelles, qui contrôlent une bonne partie du Yémen, pays lui-même en guerre depuis près d’une décennie, disent agir en solidarité avec la population de Gaza, territoire totalement assiégé par Israël, que les Etats-Unis soutiennent militairement.

wd/ube/aem

X

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE