Explosions près d’une navire marchand dans le détroit de Bab el-Mandeb (agence britannique)

Dubaï, 2 jan 2024 (AFP) – L’agence de sécurité maritime britannique (UKMTO) a fait état mardi soir d’explosions à proximité d’un navire de transport de marchandises dans le détroit stratégique de Bab el-Mandeb, qui sépare la péninsule arabique de l’Afrique.

Jusqu’à trois explosions ont retenti de “1 à 5 milles nautiques” de ce navire qui circulait entre les côtes de l’Erythrée et du Yémen, a indiqué l’agence dans un bref message sur X, précisant qu’il n’y avait eu aucun dommage et que l’équipage était “sauf”.

Ces dernières semaines, dans la foulée de la guerre entre Israël et le Hamas, les rebelles yéménites Houthis ont multiplié les attaques en mer Rouge et dans le détroit de Bab el-Mandeb par lequel transite 12% du commerce mondial, d’après la Chambre internationale de la marine marchande (ICS).

Les Houthis, soutenus par l’Iran comme le Hamas palestinien, ont prévenu qu’ils viseraient, en solidarité avec Gaza, des navires naviguant en mer Rouge et ayant des liens avec Israël.

Plusieurs missiles et drones ont été abattus par des navires de guerre américains, français et britanniques qui patrouillent dans la zone.

Selon le Pentagone, les Houthis, qui contrôlent des pans entiers du territoire yéménite, dont la capitale Sanaa, ont lancé des dizaines d’attaques de drones et de missiles, ciblant une dizaine de navires marchands impliquant plus de 35 pays.

Ces attaques, menaçant de perturber les flux du commerce mondial, ont d’ailleurs poussé les Etats-Unis à mettre en place une force multinationale de protection maritime en mer Rouge.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE