Grèce : le Français pilotant un hors-bord impliqué dans une collision meurtrière liberé sous caution

Le Français de 44 ans a été remis en liberté contre une caution de 50.000 euros, avec l’obligation de se rendre au consulat grec le plus proche de son lieu de résidence une fois par mois, a décidé lundi la procureure de Nauplie (Péloponnèse) en charge de l’enquête.

Inculpé dimanche d’homicide par négligence, le Français a admis avoir piloté un hors-bord de dix mètres qui a percuté vendredi soir une petite embarcation en bois près de Porto Heli dans le Péloponnèse, à environ 170 km au sud-ouest d’Athènes.

Deux Grecs âgés de 60 et 70 ans qui étaient à bord de l’embarcation ont été tués dans la collision. Une sexagénaire grecque a été grièvement blessée et hospitalisée à Athènes.

Le Français, qui n’avait pas pu être localisé pendant plusieurs heures après l’accident, s’était présenté samedi aux autorités.

Il a assuré qu’il n’avait pas vu le bateau de pêche, dont les feux de signalisation étaient peut-être insuffisants, selon l’agence ANA.

Le test d’alcoolémie effectué sur lui s’est révélé négatif, a également précisé lundi l’agence ANA.

« Les premières indications portent sur une vitesse excessive du hors-bord », a déclaré samedi à la télévision ERT le ministre grec de la Marine marchande Yiannis Plakiotakis.

Dix autres Français qui se trouvaient à bord du hors-bord ilmpliqué (deux hommes, trois femmes et cinq enfants de trois à quatorze ans), avaient été retenus pour être interrogés à Porto Heli après avoir aidé à transporter la femme blessée et l’un des deux morts sur le rivage, selon les gardes-côtes. Ils ont tous été relâchés samedi.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE