L’Iran félicite Boris Johnson, mais prévient: “Nous protègerons” le Golfe

“Je félicite mon ancien homologue [Boris Johnson] qui devient” Premier ministre de la Grande-Bretagne, écrit M. Zarif sur Twitter.

“Nous avons 1.500 miles [plus de 2.400 km] de côte sur le golfe Persique. Ce sont nos eaux et nous les protégerons”, ajoute-t-il alors que les deux pays connaissent une crise en raison de la saisie réciproque de pétroliers.

“L’Iran ne cherche pas l’affrontement” mais la décision du gouvernement May de saisir le pétrolier iranien Grace One au large de Gibraltar “sur ordre [des Etats-Unis] est de la piraterie, pure et simple”, poursuit le chef de la diplomatie iranienne.

Le message de M. Zarif est accompagnée d’une vidéo dans laquelle il déclare: “Nous sommes responsables de la sécurité et de la liberté de navigation dans le golfe Persique […].

“Il est vraiment, vraiment préférable que le Royaume-Uni ne se mêle pas de mettre en oeuvre les complots” ourdis, selon M. Zarif, à Washington, en Arabie saoudite, aux Emirats arabes unis ou en Israël contre l’Iran.

Lundi, le ministre des Affaires étrangères britannique Jeremy Hunt, rival de M. Johnson pour prendre la tête du parti conservateur britannique et devenir ainsi Premier ministre, avait annoncé vouloir mettre en place “aussi vite que possible” une mission de protection maritime dirigée par les Européens” dans la région du Golfe.

Les Gardiens de la Révolution, armée idéologique de la République islamique, ont saisi vendredi dans le détroit d’Ormuz le Stena Impero, pétrolier suédois battant pavillon britannique, quinze jours après l’arraisonnement du Grace One par les autorités britanniques.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE