La Réunion repasse en alerte rouge pour permettre aux secours d’intervenir

Saint-Denis de la Réunion, 15 jan 2024 (AFP) – La Réunion est repassée lundi à 13H00 locales (10H00 à Paris) de l’alerte violette, le plus haut niveau, à l’alerte rouge, afin de permettre aux équipes de secours d’intervenir et d’évaluer les dégâts causés par le cyclone Belal, arrivé dans la matinée sur l’île.

“Je décide le basculement de l’alerte violette à l’alerte rouge à 13H00”, a annoncé le préfet Jérôme Filippini au cours d’une visioconférence, expliquant qu’il y a “des interventions en attente” mais prévenant que ce basculement “ne change rien pour la population”, qui doit toujours rester confinée.

“Nous ne sommes pas du tout sortis du cyclone, mais on est en-deçà du caractère cataclysmique” craint initialement, a-t-il toutefois assuré: “On voit le bout du tunnel (…) si Belal a la gentillesse de ne pas nous réserver de surprises ce soir ou demain matin”.

M. Filippini a dit espérer pouvoir lever l’alerte rouge, synonyme de fin de l’obligation de confinement pour les 870.000 habitants de La Réunion, mardi matin.

Selon les services de Météo France, le mur de l’oeil a transité au nord de La Réunion sans rentrer à l’intérieur des terres, permettant d’éviter des dégâts majeurs. Céline Jauffret, directrice interrégionale de Météo France, a précisé que l’oeil devrait quitter La Réunion en fin d’après-midi.

“Nous resterons dans sa zone d’influence dans l’après-midi, des rafales de 140 km/h sont attendues dans les bas et de 160 km/h dans les hauts. En termes de précipitations, des pluies soutenues sont attendues tout l’après-midi”, a-t-elle affirmé durant la visioconférence.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE