Le boum économique de la Chine a détruit une grande partie de ses coraux (étude)

“Nous avons découvert que la quantité des coraux a décliné d’au moins 80% ces trente dernières années sur les massifs côtiers le long de la Chine continentale et autour de l’île de Hainan”, indique cette étude menée par le Centre de recherche australien sur les massifs coralliens et l’Institut d’océanologie de la mer de Chine méridionale.

“Autour des atolls et des archipels revendiqués par six pays en mer de Chine méridionale, la surface des massifs a décliné de 60% à 20% sur les 10 à 15 dernières années”, ajoute cette étude publiée dans le magazine Conservation Biology.

Le développement des côtes, la pollution et la surpêche liées à l’expansion économique du géant asiatique, devenu en 2010 la deuxième économie mondiale, sont les principales causes de cette destruction, soulignent les auteurs de l’étude, qui évoquent “un spectacle sinistre de déclin, de dégradation et de destruction”.

“L’expansion économique de la Chine a exacerbé plusieurs problèmes environnementaux, dont une perte importante d’habitats naturels à cause de l’urbanisation des côtes, du niveau de pêche intenable sur la durée et de la pollution”, ajoute l’étude.

La perte des coraux en mer de Chine méridionale –où les massifs s’étendent sur quelque 30.000 km carrés– est aggravée par le manque de collaboration entre les pays, qui ont des revendications territoriales et conflictuelles sur cette zone.

Certains pays ont établi des parcs naturels pour préserver les coraux, mais ces réserves sont trop petites et trop éloignées les unes des autres pour être efficaces, juge Terry Hughes, un des auteurs.

“Le temps dont on dispose pour sauver les massifs de la mer de Chine méridionale s’amenuise rapidement, au regard du niveau de dégradation révélée dans cette étude”, ajoute-t-il.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE