Le Canada choisit Boeing pour renouveler ses avions de surveillance

Ottawa, 30 nov 2023 (AFP) – Ottawa achètera jusqu’à 16 avions “multimissions” du constructeur américain Boeing pour remplacer sa flotte vieillissante et défendre les intérêts du Canada le long de ses côtes, dans l’Arctique et à l’échelle internationale, a annoncé jeudi le gouvernement fédéral.

Le coût de ces nouveaux avions P-8A, utilisés par les “Five Eyes” – la puissante alliance de renseignement regroupant le Canada, l’Australie, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande -, s’élèvera à 10,4 milliards de dollars canadiens (7 milliards d’euros), selon les autorités.

Les premiers appareils devraient être livrés à partir de 2026 et la nouvelle flotte doit être pleinement opérationnelle d’ici à 2033. Ils remplaceront le CP-140 Aurora, un aéronef de patrouille maritime que le Canada utilise depuis 40 ans.

Le ministre de la Défense nationale Bill Blair a affirmé en conférence de presse que l’Aurora avait “bien fait son travail” et que le nouvel avion choisi “offre les meilleures capacités de renseignement, de surveillance et de reconnaissance et capacités de lutte anti-sous-marine” pour le pays.

Le ministre a également reconnu que ses “adversaires déploient des moyens de plus en plus sophistiqués et furtifs”, sans plus de précisions, faisant en sorte que les avions “Aurora doivent être remplacés”.

Le P-A8, ajoute Ottawa dans un communiqué, “renforcera la sécurité dans l’Arctique et la souveraineté nationale, et permettra au Canada de respecter ses obligations envers l’OTAN, le NORAD et d’autres pays”.

Les nouveaux appareils doivent servir à détecter la pêche illégale, le trafic de drogue et les pollueurs “le long du plus vaste littoral du monde”.

amc/gen/spi

BOEING

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE