Le Japon veut lancer des satellites d’observation maritime (presse)

Le gouvernement veut envoyer dans l’espace neuf satellites au cours des cinq prochaines années pour lutter contre les actes de piraterie et détecter l’intrusion de navires étrangers dans ses eaux, selon le journal.

Les satellites recueilleront également des données pour la prévention des catastrophes naturelles comme les tsunamis.

Le gouvernement n’était pas dans l’immédiat en mesure dimanche de confirmer ces informations qui coïncident avec une nouvelle entrée de bâtiments chinois dans les eaux des îles Senkaku, revendiquées par Pékin sous le nom de Diaoyu, en mer de Chine orientale.

Selon les garde-côtes japonais, trois navires de surveillance chinois ont pénétré dimanche vers 09H30 (00H30 GMT) dans la zone des 12 milles entourant cet archipel inhabité. Ils sont repartis vers 13H00.

La querelle territoriale au sujet des Senkaku/Diaoyu remonte à quatre décennies, mais la Chine envoie plus régulièrement des navires (ou parfois des avions) dans les environs depuis que l’Etat nippon a nationalisé en septembre 2012 trois des cinq îles de l’archipel Senkaku en les achetant à leur propriétaire privé japonais.

Cette décision avait déclenché une semaine de manifestations antijaponaises, parfois violentes, dans de nombreuses villes de Chine. Pékin avait même annulé à l’automne les festivités qui devaient marquer le 40e anniversaire de la normalisation des relations entre les deux pays.

Depuis lors, les relations entre les deux pays sont au plus bas.