Le Portugal “disponible” pour accueillir 35 migrants de l’Ocean Viking

“Le Portugal est disponible pour accueillir jusqu’à 35 des 356 migrants qui se trouvent à bord de l’Ocean Viking”, a indiqué le gouvernement portugais dans un communiqué conjoint des ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères.

“Le Portugal, la France, l’Allemagne, la Roumanie et le Luxembourg sont les pays qui ont jusqu’à maintenant fait preuve de disponibilité pour recevoir ces personnes”, a-t-il précisé.

Mercredi, la présidence française avait annoncé que la France était parvenue à un accord pour accueillir “un nombre important de migrants” recueillis par le bateau battant pavillon norvégien, dernière embarcation humanitaire présente en Méditerranée.

Les 356 personnes à bord de l’Ocean Viking ont été secourues par les ONG SOS Méditerranée et Médecins Sans Frontières dans le cadre de quatre opérations entre le 9 et le 12 août au large des eaux libyennes.

Elles attendent pour la onzième journée jeudi en mer, dans le canal de Sicile, qu’un port de débarquement soit désigné en Europe.

La situation de l’Ocean Viking fait écho à celle du navire de l’ONG espagnole Open Arms qui a erré 19 jours en mer avant que la justice italienne n’ordonne mardi le débarquement des migrants à son bord alors que le gouvernement espagnol avait envoyé un navire militaire pour les récupérer.

Le Portugal fait partie des pays européens les plus ouverts à l’accueil des migrants issus des navires humanitaires, il en a reçu 132 depuis 2018. Le pays ibérique appelle régulièrement ses partenaires européens à trouver une solution au défi migratoire en mer Méditerranée.

bcr/mg/

VIKING

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE