Les frappes au Yémen “contredisent” le discours des Etats-Unis, selon l’Iran

Téhéran, 4 fév 2024 (AFP) – L’Iran a “fermement condamné” dimanche les nouvelles frappes des Etats-Unis et du Royaume-Uni au Yémen, qui sont selon lui en “contradiction” avec leur souhait affirmé de de “ne pas vouloir une expansion du conflit” au Moyen-Orient.

Ces attaques sont “une violation répétée de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Yémen et une violation flagrante du droit international”, a dénoncé le porte-parole de la diplomatie iranienne Nasser Kanani dans un communiqué.

Pour lui, Washington et Londres “utilisent l’approche militariste pour faire avancer leurs objectifs illégitimes”. Et leurs actes sont “sont clairement en contradiction avec leurs affirmations répétées selon lesquelles ils ne veulent pas que le conflit se propage dans la région”.

Le président américain Joe Biden a assuré mardi dernier qu’il ne “cherchait pas” une “guerre plus étendue au Moyen-Orient”, sur fond de conflit entre Israël et le mouvement palestinien Hamas dans la bande de Gaza.

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont annoncé avoir visé 36 cibles rebelles “dans 13 lieux au Yémen en réponse aux attaques continues des Houthis”, soutenus par l’Iran, “contre le trafic maritime commercial ainsi que les navires de guerre transitant par la mer Rouge”, selon un communiqué commun.

Ces raids aériens interviennent au lendemain d’une série de frappes américaines contre des forces d’élite iraniennes et des groupes armés pro-iraniens en Syrie et en Irak, en représailles à la mort de trois soldats américains en Jordanie le 28 janvier.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE