Les ministres UE de la Pêche concluent un accord sur les quotas 2014

L’accord a été obtenu « à l’unanimité » à l’issue de négociations entamées lundi, et dont l’issue n’était pas prévue avant mercredi à l’aube, a précisé la présidence lituanienne du Conseil, représentant les Etats, sur son compte Twitter.

C’est la première fois depuis 1995 que le marathon annuel sur les quotas dure aussi peu de temps.

L’accord est « satisfaisant et équilibré », a réagi dans un tweet le ministre français de la Pêche, Frédéric Cuvillier.

Le compromis a pu être dégagé rapidement car la réforme de la politique de la pêche, convenue au printemps pour privilégier une gestion durable des ressources halieutiques, « porte déjà ses fruits », s’est félicité la Commissaire européenne chargée de la Pêche, Maria Damanaki.

« Les ministres ont bien compris que la durabilité peut payer », a-t-elle jugé, niant tout recul de la Commission par rapport à ses ambitions de préserver les stocks de poissons. Le compromis trouvé garantit qu’en 2015, 30 stocks de poissons seront gérés d’une manière assurant le renouvellement de l’espèce, contre 25 actuellement, a-t-elle précisé.

Les deux principaux pays de l’UE pratiquant la pêche, l’Espagne et la France, ainsi que le Royaume-Uni, l’Irlande, le Portugal et la Belgique avaient bloqué un premier compromis dans la matinée, mais la conciliation a prévalu sur la base d’une deuxième proposition.

« Nous avons un très bon résultat compte-tenu d’où nous partions », a estimé le ministre irlandais Simon Coveney, soulignant la nécessité de lutter contre la surpêche.

Côté français, les négociateurs ont arraché des accords bénéficiant « à toutes les façades maritimes et à l’ensemble des pêcheries », s’est prévalu M. Cuvillier. Il s’est félicité en particulier que le « choc ait pu être amoindri » sur la sole, une des questions les plus sensibles.

Les prises de ces poissons seront réduites de 7% dans le Golfe de Gascogne et de 18% dans la Manche, contre des coupes respectives de 15% et 45% prônées par la Commission.

Dans les grandes zones de pêche de l’Atlantique nord, les prises d’églefin devront aussi être réduites, de 33%, moins que les 75% voulus par la Commission.

La réduction de 33% pour le cabillaud en mer d’Irlande est celle voulue par Mme Damanaki, qui avait mis en avant « l’état déplorable » de ce stock.

Les prises de merlan et de lieu jaune seront elles maintenues au même niveau qu’en 2013, contre des baisses proposées de 20%, a aussi relevé M. Cuvillier.

Tout en se félicitant de l’approche retenue par la nouvelle politique commune de pêche, les ONG de défense de l’environnement marin avaient demandé un effort supplémentaire de retenue, en conformité avec les données scientifiques. « La moitié des stocks sur lesquels les ministres doivent se prononcer sont surexploités », avait notamment mis en garde Xavier Pastor, de l’association Oceana.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE