L’Espagne refuse à un navire transportant des explosifs pour Israël le droit d’accoster dans l’un de ses ports

Bruxelles (Belgique), 16 mai 2024 (AFP) – Madrid a refusé à un navire transportant une cargaison d’armes à destination d’Israël l’autorisation d’accoster dans un port espagnol, a déclaré jeudi le ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Albares.

« C’est la première fois que nous agissons de la sorte, car c’est la première fois que nous détectons un navire transportant une cargaison d’armes à destination d’Israël qui souhaite faire escale dans un port espagnol », a-t-il déclaré à des journalistes à Bruxelles.

Désormais « il en sera de même pour tout navire transportant des armes à destination d’Israël et souhaitant faire escale dans un port espagnol », a-t-il ajouté.

« Le ministère des Affaires étrangères rejettera systématiquement ces escales pour une raison évidente. Le Moyen-Orient n’a pas besoin de davantage d’armes, il a besoin de plus de paix », a-t-il ajouté.

Le ministre espagnol des Transports, Oscar Puente, a indiqué qu’il s’agissait du Marianne Danica, qui avait demandé l’autorisation de faire escale dans le port de Carthagène, dans le sud-est de l’Espagne, le 21 mai.

Selon le quotidien El Pais, ce navire battant pavillon danois transporte quelque 27 tonnes d’explosifs de Madras, en Inde, à destination de Haïfa, en Israël.

L’Espagne, qui a interrompu ses ventes d’armes à Israël, est l’une des voix européennes les plus critiques à l’égard de l’offensive israélienne à Gaza. Elle tente notamment de rallier les autres capitales européennes à l’idée de la reconnaissance prochaine d’un Etat palestinien.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.