L’Islande autorise la chasse à la baleine pour la saison 2024

Reykjavik, 11 juin 2024 (AFP) – L’Islande, l’un des trois pays à autoriser la chasse à la baleine dans le monde, a donné son feu vert mardi à cette activité pour la saison 2024 au seul de ses baleiniers Hvalur hf.

Le permis autorise la chasse de 128 rorquals communs pour la saison qui s’étend de mi-juin à septembre, a annoncé le ministère de la Pêche et de l’Alimentation, soit moins que la saison précédente (161).

Cette décision est prise sur la base du principe de précaution et « reflète l’importance accrue accordée par le gouvernement à l’utilisation durable des ressources », assure le ministère sur son site internet.

L’an dernier, l’Islande avait suspendu la chasse à la baleine en juin pour deux mois, après la parution d’un rapport commandé par le gouvernement concluant que les méthodes de chasse employées ne respectaient pas la loi sur le bien-être animal.

Le gouvernement avait ensuite autorisé sa reprise le 1er septembre avec des restrictions sur les méthodes utilisées et la présence d’inspecteurs officiels à bord, filmant chaque prise de baleine.

Les conditions de chasse restent pour 2024 identiques à celles de l’an dernier, a précisé la ministre de la Pêche et de l’Alimentation, Bjarkey Olsen Gunnarsdóttir, aux médias islandais.

« Cette décision ne correspond pas forcément à mes positions » mais « je dois suivre les lois et les règlements » islandais, a-t-elle ajouté.

L’Islande, comme la Norvège et le Japon, pratique encore la chasse commerciale à la baleine, en dépit des critiques virulentes des protecteurs de l’environnement et des défenseurs des droits des animaux.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.