Marché européen des céréales en baisse dans le sillage du marché américain

Vers 13H00 (11H00 GMT) la tonne de blé progressait de 1 à 1,75 euro sur les contrats 2013, la première échéance cotant 247,50 euros pour un volume de plus de 3.900 lots échangés.

Le marché du maïs progressait pour sa part de 0,25 à 0,75 euro sur les contrats 2013, l’échéance rapprochée de juin cotant 216,75 euros, mais le volume d’affaires restait modeste, puisque moins de 320 lots avaient été négociés.

Outre-Atlantique, les cours des produits agricoles, en recul lundi à la Bourse de Chicago, à l’annonce de conditions climatiques plus clémentes dans les jours à venir, repartaient à la hausse en séance électronique continue, les opérateurs s’inquiétant du niveau très bas d’avancement des semis de maïs.

Au 5 mai, les semis de maïs étaient réalisés à hauteur de 12% dans les 18 Etats où est cultivé plus de 90% de cette céréale, contre 69% l’an passé à la même époque et 47% en moyenne quinquennale, selon des données réalisées par l’USDA.

Les semis de blés de printemps étaient réalisés à hauteur de 23% contre 12% la semaine passée et 82% l’an dernier à la même époque.

Concernant les cultures de blé d’hiver, celles considérées “bonnes à excellentes” reculent d’un point à 32%, contre 53% l’an passé à la même époque.

Les Etats-Unis sont les premiers producteurs mondiaux de maïs et les premiers exportateurs mondiaux de blé.

En France, les surfaces en maïs grain restent stables à 1,7 million d’hectares. La hausse des surfaces en Poitou-Charentes, Midi-Pyrénées et Centre compense la perte de 40.000 hectares en Alsace, Lorraine et Pays de la Loire, selon des données communiquées par le ministère de l’Agriculture.

Les conditions climatiques trop froides des derniers jours on entraîné un retard dans l’avancée des semis qui ne sont effectués qu’à 46% au 1er mai, contre 54% en 2012 à la même période.

Les semis de maïs-fourrage progressent de 5%, avec 62.000 hectares plantés en Pays de Loire et 10.000 hectares en Poitou-Charentes.

Sur le marché physique, le prix du blé, de l’orge fourragère et du maïs restait stable.

OCÉAN D'HISTOIRES

5 MOIS EN ANTARCTIQUE