Mer Rouge: le Conseil de sécurité de l’ONU exige l’arrêt “immédiat” des attaques des Houthis

Nations unies (États-Unis), 10 jan 2024 (AFP) – Le Conseil de sécurité de l’ONU a exigé mercredi l’arrêt “immédiat” des attaques des Houthis contre des navires en mer Rouge, appelant tous les Etats à respecter l’embargo sur les armes visant les rebelles yéménites.

La résolution préparée par les Etats-Unis et le Japon, adoptée par 11 voix pour et 4 abstentions (Russie, Chine, Algérie, Mozambique), “condamne dans les termes les plus forts les attaques, deux douzaines au moins, contre les navires marchands et commerciaux depuis le 19 novembre 2023”, date à laquelle ils se sont emparés du Galaxy Leader, prenant en otage ses 25 membres d’équipage.

Elle “exige que les Houthis mettent un terme immédiat à de telles attaques, qui entravent le commerce international et sapent les droits et les libertés de navigation, ainsi que la paix et la sécurité de la région”.

Le Conseil, insistant sur le respect du droit international, “prend note” du droit des Etats membres à défendre les navires contre les attaques.

Depuis le début de la guerre le 7 octobre entre Israël et le Hamas, les Houthis, qui contrôlent une grande partie du Yémen, multiplient les attaques en mer Rouge afin d’y freiner le trafic maritime international, affirmant agir en solidarité avec les Palestiniens de Gaza.

Premier allié d’Israël, les Etats-Unis ont mis en place en décembre une coalition internationale pour protéger le trafic maritime des attaques des Houthis, dans cette zone stratégique où transite 12% du commerce mondial.

Une coalition dénoncée par la Russie. “Nous ne pouvons pas ne pas être inquiets de la situation actuelle en mer Rouge (…) mais nous sommes inquiets que les Etats-Unis et leurs alliés préfèrent comme souvent choisir une solution unilatérale par la force”, a dénoncé l’ambassadeur russe Vassili Nebenzia.

La résolution, notant les violations à “large échelle” de l’embargo sur les armes visant les Houthis, rappelle d’autre part la nécessité pour tous les Etats membres de “respecter leurs obligations” à cet égard et “condamne la fourniture d’armes” aux Houthis, proches de l’Iran.

Selon le dernier rapport des experts mandatés par le Conseil pour surveiller l’embargo sur les armes, daté de novembre, les Houthis “renforcent considérablement leurs capacités militaires terrestres et navales, y compris sous-marines, ainsi que leur arsenal de missiles et de drones, en violation de l’embargo”.

Le projet de résolution appelle enfin à “s’attaquer aux racines” de la situation, “y compris les conflits contribuant aux tensions régionales”.

La Russie, dont les trois amendements au projet de résolution ont été rejetés, voulait notamment ajouter spécifiquement parmi ces facteurs contribuant aux tensions “le conflit dans la bande de Gaza”.

Faire ce lien avec Gaza “aurait encouragé les Houthis et créer un dangereux précédent pour le Conseil en légitimant ces violations du droit international”, a commenté l’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield, s’en prenant au soutien “financier et matériel” de l’Iran aux Houthis.

“Nous ne devons pas négliger la source du problème (…) Nous savons que l’Iran est fortement impliqué dans la planification des opérations contre les navires commerciaux en mer Rouge”, a-t-elle assuré, appelant Téhéran à faire “un choix”.

“Nous sommes toujours très inquiets concernant la situation en mer Rouge, non seulement à propos de la situation elle-même, des risques pour le commerce mondial, l’environnement et les gens, mais aussi des risques d’escalade d’un conflit plus large au Moyen-Orient”, a indiqué de son côté Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l’ONU.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE