Plus de 20 pays signent une « déclaration de paix à l’océan », à un an d’une réunion clé de l’ONU

San José, 9 juin 2024 (AFP) – Au moins 26 pays ont signé samedi au Costa Rica une « déclaration de paix à l’océan » au terme du forum « Immersed in change », à un an de la Conférence des Nations unies sur les Océans en France.

Parmi les signataires figurent l’Allemagne, l’Espagne, la Suède, le Canada, la Colombie, le Chili, Isräel, la Corée du Sud ou encore le Costa Rica et la France, qui seront co-organisateurs de la réunion de l’ONU prévue à Nice (sud-est).

A l’issue de deux journées de discussions, les 50 pays participants ont appelé à prendre des mesures pour protéger les océans.

« Nous sommes déterminés à intensifier les actions transformatrices de l’océan, pour soutenir les activités des économies positives pour la nature, basées sur la meilleure science et la meilleure information scientifique possibles, la connaissance traditionnelle et l’innovation », ont-ils déclaré dans un document.

« L’océan ne peut plus endurer nos mauvais traitements et notre indifférence. C’est pour cela que nous avons décidé, au Costa Rica, qu’il était temps pour nous de déclarer la paix », a dit le ministre des Affaires étrangères costaricien Arnoldo André.

« Protéger l’océan et l’usage soutenable des ressources marines n’est pas une possibilité, mais un impératif », avait lancé en ouverture du forum le secrétaire général-adjoint aux Affaires sociales de l’ONU, Li Junhua.

Dans cette « déclaration de paix » en 12 points se trouve un appel à ratifier le traité de protection de la haute mer, adopté en 2023 par plus de 70 pays et visant à protéger les eaux éloignées des zones économiques exclusives (ZEE) des Etats, soit à environ 370 kilomètres de leurs côtes.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.