Quatre candidats pour l’exploitation d’un terminal sur l’estuaire de la Gironde

Réaffirmant sa “volonté de développer l’activité conteneurs afin d’anticiper un trafic à forte valeur ajoutée et en constante progression”, Bordeaux port Atlantique a lancé en juin un appel à candidatures pour désigner un nouvel exploitant du terminal portuaire du Verdon, l’un des sept terminaux que compte l’estuaire de la Gironde.

Les quatre candidats sont Europorte, PortSynergy projects, SEA Invest Bordeaux, et Terminal du Grand ouest.

Conclue pour une durée minimum de 15 ans, la convention qui liera l’exploitant à Bordeaux port Atlantique vaudra occupation d’espace public.

Elle portera sur l’exploitation du terminal et les aménagements nécessaires aux opérations de débarquement, d’embarquement, de manutention et de stockage liés aux navires ainsi qu’aux pré et post acheminements, précise le communiqué.

L’opérateur désigné sera chargé de “mettre en place les outillages nécessaires à l’exercice et au développement de son activité”, est-il ajouté, la société BAT, propriétaire des portiques du Verdon n’étant “pas en mesure de réaliser les investissements nécessaires à la continuité de l’exploitation”, avait rappelé Bordeaux port Atlantique, qui est un établissement public.

Le terminal du Verdon peut accueillir des navires à fort tirant d’eau mais son accessibilité est plus limitée que celle des autres terminaux de l’estuaire.

Bordeaux Port Atlantique est le huitième port français avec un trafic de 8,1 millions de tonnes en 2012. Il a été sélectionné par la Commission européenne pour y favoriser “l’activité conteneurs”, dans le cadre d’un projet d’axe ferroviaire reliant l’Espagne et le Portugal au reste de l’Europe.