Russie: les proches de Navalny demandent la remise immédiate de sa dépouille

Moscou, 17 fév 2024 (AFP) – L’équipe de l’opposant russe Alexeï Navalny a demandé samedi à ce que la dépouille de l’opposant russe leur soit remise « immédiatement », après que la mère du militant a été formellement informée de son décès en prison.

« Un employé de la colonie (pénitentiaire) a déclaré que le corps d’Alexeï Navalny se trouvait à Salekhard », une ville de la région de l’Arctique russe où se situait sa prison, et avait été emporté par des « enquêteurs » pour « effectuer des +recherches+ », a indiqué la porte-parole de l’opposant, Kira Iarmich dans un message sur X..

« Nous demandons à ce que le corps d’Alexeï Navalny soit immédiatement remis à sa famille », a-t-elle ajouté.

Peu après, dans une vidéo, la porte-parole a indiqué que la mère de l’opposant, Lioudmila Navalnaïa, s’était rendue samedi dans la colonie pénitentiaire IK-3 dans la région arctique de Iamal et qu’un « document officiel » lui avait été remis confirmant le décès.

« Alexeï Navalny a été tué », a indiqué Mme Iarmich qui s’est exilée, comme foule d’opposants, pour échapper à la prison. « Sa mort est intervenue le 16 février à 14H17 locales (09H17 GMT), selon le document officiel remis à la mère d’Alexeï », a-t-elle ajouté.

Selon elle, la mère du défunt et un avocat sont arrivés dans la prison à 11H00 samedi (06H00 GMT), et ont dû y attendre deux heures avant d’être reçus.

« Nous attendons toujours le certificat de décès officiel », a souligné Mme Iarmich.

Les autorités carcérales se sont bornées jusqu’ici à dire que l’opposant numéro un à Vladimir Poutine était mort après un malaise, assurant que tout avait été fait pour tenter de le réanimer.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE