Sécheresse: les naufragés du Canal de Bourgogne

Saint-Florentin (France), 25 août 2022 (AFP) – “C’est la catastrophe”: le long d’une partie du Canal de Bourgogne, fermée pour manque d’eau comme 919 km de voies fluviales en France, les ports autonomes sont au bord du naufrage.

Depuis le 16 juillet, aucune embarcation, sauf dérogation, n’emprunte les 40 km du Canal de Bourgogne entre Tonnerre et Migennes, dans l’Yonne profonde. Entre canicule et sècheresse, le niveau des rivières est trop bas pour alimenter les canaux, 14% des 6.700 km de réseau fluvial sont inutilisables, selon les chiffres officiels.

“Les journées sont longues”: Vincent Le Goff, chef du port de Saint-Florentin (Yonne), regrette les “4-5 bateaux” qu’il accueillait chaque jour dans sa capitainerie, aujourd’hui vide.

Dans le petit port de Saint-Florentin, les canards ne sont plus dérangés et les emplacements vides se succèdent. La société de location Nicols a déplacé ses embarcations sur les quelque 200 km encore ouverts du Canal de Bourgogne reliant le bassin de la Seine à celui du Rhône.

Rares sont les plaisanciers qui ont rejoint leur bateau amarré à l’année, car nul ne peut naviguer.

“C’est détente, grasse matinée et jeux vidéos pour les enfants”, raconte Jean-Philippe Tesson, bloqué depuis début août sur le Cézanne. “On est bien mais il ne faudrait pas que ce soit tous les ans!”.

C’est justement le problème. En 2019 et en 2020, la sécheresse avait déjà interdit la navigation. “Sur les quatre dernières années, seul 2021 a été une saison entière”, regrette Vincent Le Goff.

“Ca va être comme ça chaque année?”, se demande Nathalie Piller. La Parisienne a mis “l’Interlock” à l’eau en 2019 et depuis ne l’a quasiment pas sorti.

“Cet été, on voulait en profiter mais on n’a pas pu bouger”, regrette-t-elle. “Alors on est sur liste d’attente pour un autre port”.

Les plaisanciers sont en effet de plus en plus nombreux à changer de lieu d’amarrage. “On avait 80 bateaux en hivernage en 2018, une cinquantaine maintenant”, confie M. Le Goff.

– “Une passoire” –

Le port était pourtant en plein essor. “On a investi 1,5 million d’euros. On avait atteint l’équilibre mais maintenant, on est déficitaire”, regrette Yves Delot, président de la Communauté de communes Serein et Armance qui englobe Saint-Florentin et exploite le port.

A quelques km, la situation est encore plus délicate pour le port privé de Brienon-sur-Armançon. “C’est la catastrophe. On se demande si on va continuer”, confesse Manuel De Oliveira, le responsable.

Le chiffre d’affaires a chuté “de 50.000 euros en 2016 à 15.000 euros cette année”. “On ne se donne plus de salaire”, résume-t-il.

Les communes de cette région désertifiée, très dépendante du tourisme, font elles aussi un calcul angoissant. “Un bateau, c’est 5-6 personnes: nos commerçants souffrent”, souligne M. Delot, également maire de Saint-Florentin (4.600 habitants).

“Ah oui, on a perdu des clients. Bien 25%”, confirme Normann Lin, patron de la “Guinguette de l’Armance”, ouverte à l’aide d’argent public. Le maire, lui, espère que les investissements ne partiront pas à vau-l’eau avec les fermetures du canal.

La sécheresse a bon dos, selon le maire, qui accuse plutôt les Voies navigables de France (VNF), organisme public gérant le canal, de “très mal l’entretenir”.

“C’est une passoire”, estime Vincent Le Goff, blâmant en particulier les écluses fuyardes.

“On en a eu des sécheresses mais le canal n’avait jamais fermé” avant, souligne Didier Raphat, gérant du chantier fluvial de Saint-Florentin.

“De l’eau, il y en a plus haut mais ici, plus rien. Elle part où?”, s’interroge Michel Piat, propriétaire du Vigilant. Cet homme né il y a 84 ans sur une péniche a “mal au coeur” de voir ce qu’est devenu “le Bourgogne”, nom affectif du canal ouvert en 1832, “un pan de patrimoine”.

Face aux critiques, Virginie Pucelle, directrice adjointe chez VNF Centre Bourgogne, évoque le vaste plan visant à moderniser les écluses sur les 6.700 km de voies gérées par VNF en France.

Selon elle, ce ne sont pas les fuites mais bel et bien la sécheresse qui provoque le problème. Le canal ne peut plus s’alimenter en puisant dans l’Armançon, la rivière toute proche, actuellement trop basse. “Avant on avait “le droit de puiser dans la rivière comme on voulait” mais “aujourd’hui, on doit préserver l’environnement”.