Somalie: les pirates attaquent un bateau iranien, première prise en trois ans

« Un bateau iranien, qui pêchait illégalement dans les eaux somaliennes, a été pris par des pirates cette semaine », a déclaré Alan Cole, de l’office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Aux larges des côtes somaliennes, la fréquence des attaques de pirates a chuté ces dernières années, à la faveur notamment des patrouilles déployées par la communauté internationale.

En 2011, à leur plus fort, les pirates somaliens détenaient plus de 700 otages.

Mais entre mai 2012 et la prise du bateau iranien aux larges de Ceel Huur, dans la région de Mudug, aucune attaque n’avait abouti, selon l’ONUDC.

Initialement, les pirates somaliens expliquaient attaquer les bateaux étrangers pour protéger leurs zones de pêches même s’ils s’en sont ensuite pris à des bateaux de plaisance et à des navires marchands pour obtenir des rançons.

Cette pêche illégale avait chuté avec la multiplication des attaques de pirates. Mais elle est reparti à la hausse ces dernières années à mesure que les pirates, eux, perdaient du terrain.

Puisque les « conditions qui ont favorisé l’émergence de la piraterie » sont de nouveau réunies, M. Cole craint que la piraterie ne reparte à son tour à la hausse.

Deux navires sud-coréens, qui ont été repérés en train de pêcher le long de la côte somalienne dans la zone où a été attaqué le bateau iranien, seraient à leur tour en danger.

« Il y a une très forte activité de pêche illégale en ce moment », a fait remarquer John Steed, militaire britannique à la retraite qui est plusieurs fois intervenu dans des négociations pour la libération d’otages aux mains des pirates somaliens.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.