Tanker piraté: Sea Tankers sans nouvelles, espère que les pirates vont “décharger” et fuir

“J’espère que ce qu’il va se passer c’est qu’ils vont décharger quelque part le bateau et qu’ils foutent le camp”, a déclaré sur FR3-Aquitaine Peter Raes, le président de la compagnie Sea Tankers, basée à Mérignac (Gironde), et propriétaire du pétrolier “Gascogne”.

“Maintenant, est-ce que la marine nigériane, togolaise ou béninoise vont laisser cela (se passer) ? Je ne sais pas. Je ne sais pas ce qui va se passer. C’est cela qui me fait (sic) beaucoup de souci”, a ajouté M. Raes.

Un porte-parole de la compagnie par ailleurs a affirmé à l’AFP que Sea Tankers n’avait pu rétablir le contact avec l’équipage lundi en début de soirée, avec l’équipage du Gascogne, le navire-citerne battant pavillon luxembourgeois, qui n’a plus donné signe de vie depuis dimanche.

Sea Tankers avait annoncé lundi matin “avoir perdu toutes communications avec le pétrolier “depuis dimanche matin alors qu’il se trouvait au large des côtes ivoiriennes”.

Le porte-parole a indiqué que Sea Tankers ne souhaitait pas confirmer la nationalité de l’équipage.

Le ministre français des Transports, de la Mer et de la Pêche, Frédéric Cuvillier, avait évoqué dans la journée 19 membres d’équipage, tous Togolais. Les autorités ivoiriennes ont pour leur part indiqué qu’il comptait 17 membres d’équipage, des Africains à l’exception de deux Asiatiques.

Selon les autorités maritimes ivoiriennes, le bateau serait dernièrement “au large du Nigeria”.

Le porte-parole de Sea Tankers a ajouté que la compagnie “se rapproche des autorités des pays riverains” concernés en Afrique, afin de tenter de rentrer en communication avec l’équipage.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE