Une flottille de navires philippins renonce à aller à un récif revendiqué par Pékin (organisateurs)

Manille, 16 mai 2024 (AFP) – Une flottille de navires philippins a renoncé à se rendre dans le secteur d’un récif revendiqué par la Chine où elle voulait approvisionner des pêcheurs en carburant et en nourriture, ont annoncé jeudi les organisateurs de cette expédition.

La coalition « Atin Ito » (C’est à nous) avait mis le cap mercredi sur le récif de Scarborough Shoal, revendiqué par les deux pays en mer de Chine méridionale.

Mais son porte-parole, Emman Hizon, a indiqué jeudi que la flottille, composée de quatre bateaux de pêche et d’un navire escorte des garde-côtes, avait renoncé à se rendre sur zone, les bateaux à ravitailler en ayant été chassés « par divers navires chinois ».

« Il n’y a plus de pêcheurs philippins dans le BdM », a-t-il déclaré, en utilisant l’acronyme utilisé par Manille pour désigner le récif, baptisé Bajo de Masinloc en philippin.

Mercredi, le ministère des Affaires étrangères chinois avait réaffirmé la « souveraineté incontestable » de la Chine sur le récif et mis en garde Manille contre toute action portant atteinte à cette position.

Les gardes-côtes philippins ont indiqué avoir dénombré mercredi lors d’un vol de reconnaissance 19 navires chinois, dont un navire de guerre et huit navires de garde-côtes, aux abords du récif mercredi.

Les accrochages entre bateaux des deux pays sont fréquents dans le secteur, où Manille accuse la Chine d’utiliser des canons à eau contre ses navires.

Selon M. Hizon, la flottille a toutefois pu ravitailler des pêcheurs à une cinquantaine de kilomètres du récif et va procéder « à la dernière étape de la distribution dans la zone actuelle », à environ 108 kilomètres au sud-est du Scarborough Shoal.

Selon les garde-côtes philippins, la flottille est suivie par un navire des garde-côtes chinois.

Le récif de Scarborough Shoal est situé à 240 kilomètres à l’ouest des côtes philippines et à 900 kilomètres au sud-est de l’île chinoise de Hainan.

Situé dans un secteur riche en ressources halieutiques, ce haut-fond est une poudrière depuis que la Chine en a pris le contrôle en 2012.

Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, balayant les revendications des Philippines et d’autres pays, et ignorant une décision internationale selon laquelle son affirmation n’a pas de fondement juridique.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.