Chronique navale du 6 décembre

Le destroyer USS Jacob Jones en 1916.

6 décembre 1917 : le destroyer USS Jacob Jones est le premier navire de guerre américain a être coulé par l’ennemi, torpillé par le sous-marin allemand SM U-53.

Le destroyer USS Jacob Jones a été lancé le 29 mai 1915. Le navire mesurait un peu plus de 315 pieds (96 m) de long, un peu plus de 30 pieds (9,1 m) de travers et avait un déplacement standard de 1 090 tonnes longues (1 110 t). Il était armé de quatre canons de 4 pouces (10 cm) et de huit tubes lance-torpilles de 21 pouces (533 mm). Jacob Jones était propulsé par une paire de turbines à vapeur qui le propulsaient jusqu’à 30 nœuds (56 km/h).

Après sa mise en service en février 1916, Jacob Jones effectua des patrouilles au large des côtes de la Nouvelle-Angleterre. Après que les États-Unis sont entrés dans la Première Guerre mondiale en avril 1917, Jacob Jones a été envoyé à l’étranger. Patrouillant la mer d’Irlande depuis Queenstown, en Irlande, Jacob Jones a secouru les survivants de plusieurs navires, en récupérant plus de 300 sur le croiseur marchand armé Orama.

Le 6 décembre, le Jacob Jones naviguait indépendamment de Brest, en France, pour Queenstown, lorsqu’il fut torpillé et coulé par le sousmarin allemand U-53 avec la perte de 66 hommes, devenant ainsi le premier destroyer américain coulé par l’ennemi. Jacob Jones a coulé en huit minutes sans émettre d’appel de détresse ; le commandant du sous-marin allemand, Kapitänleutnant Hans Rose, après avoir emmené deux membres d’équipage de Jacob Jones grièvement blessés à bord de son sous-marin, a communiqué par radio à la base américaine de Queenstown les coordonnées des survivants. Le poste des anciens combattants des guerres étrangères à Dedham, dans le Massachusetts, porte le nom du navire.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE