La Transquadra innove encore et toujours

Au fil de l’eau, depuis 31ans, la Transquadra* Madère Martinique, course réservée aux marins amateurs de plus de 40 ans, est devenue une grande classique atypique qui se renouvèle à chaque édition. C’est encore le cas cette année avec la mise en place d’un classement « croiseur » dédié aux voiliers de course croisière, qui concerne un quart de la flotte 2024 : un joli score pour une grande nouveauté !

Pour cette 11e édition, la Transquadra réunira 47 bateaux (74 marins), dont près de la moitié s’élancera en solitaire, autre joli score…La première étape de cette transat s’élancera le 3 juillet de Marseille pour la flotte Méditerranéenne et le 7 juillet de La Turballe pour la flotte Atlantique.

« La grande nouveauté de cette édition est la mise en place du classement ‘’croiseur’’. Nous venons de le tester, fin mai, sur la Course des Iles : ça ouvre des perspectives très intéressantes. Le Yacht Club de France suit d’ailleurs de très près cette nouveauté, les garants de la jauge IRC trouvent cela particulièrement pertinent », souligne Mico Bolo, créateur et directeur de course de la Transquadra.

Intéressantes bagarres de croiseurs
Un podium constitué d’un Sun Fast 32, d’un First 36.7 et d’un Super Arlequin avec de jolies bagarres entre Grand Soleil 37, Elan 350, Sun Fast 37 et autres First 31.7 : « Il y a bien longtemps que l’on n’avait pas vu ce genre de voiliers aux places d’honneur ! », remarque, avec satisfaction, le directeur de course.
C’est ça le classement « Croiseurs » : une belle ouverture. C’est aussi limiter la course à l’armement, adopter une autre philosophie de la régate.
De quoi (re)donner l’envie à tous les propriétaires de voiliers de course-croisière de s’amuser entre trois bouées… voire entre deux continents !

70% de bizuths,
Ainsi, cette année plus que jamais, la Transquadra Madère Martinique permet aux marins amateurs de partir à l’assaut de l’Atlantique. Une majorité d’entre eux (70%) sont des ‘’bizuths’’ : ils s’apprêtent à relever le défi de leur vie, « à affronter leur Everest ! », comme le raconte l’un des futurs concurrents, Luc de Camas, co-équipier de Pierre-Yves Fouché (JPK 10.10 « Moïse ») : « C’est l’aventure avec un grand A. Le défi de ma vie. Notre Everest ! …Et c’est super excitant ! »

La parité solitaires/doubles
Autre caractéristique marquante de cette cuvée 2024, la quasi parité entre solitaires et doubles : 20 solos pour 27 duos. « Depuis plusieurs années, le nombre de solitaires baissait, avec au mieux 1/3 de flotte en solo. Cette année, la tendance s’est très franchement inversée : c’est très intéressant ! » souligne Jean-Noël Tourin, président de la Transquadra Madère Martinique.

8 nations représentées
6 Allemands, 2 Norvégiens, 2 Espagnols, 2 Anglais, 1 Italien, 1 Suisse et 1 Belge-Rochelaise seront sur les rangs de cette Transquadra Madère Martinique 2024. Elle a toujours attiré les marins étrangers, mais cette édition 2024 est particulièrement internationale !

Du niveau et de la convivialité !
En solo comme en double, le niveau sportif est au rendez-vous sur la Transquadra. Tout amateurs qu’ils sont, les coureurs se prépare de longue date à cette échéance. Organisés en centres d’entrainement, nombre d’entre eux consacrent, pendant des mois, la moitié de leurs week-ends à leur préparation.
D’édition en édition, le niveau sportif grimpe en tête de flotte, avec de belles empoignades à la clé, sans pour autant entamer la convivialité qui règne à terre comme en mer. Car la Transquadra Madère Martinique ne serait pas ce qu’elle est si ce n’était pas aussi un rendez-vous de copains, une aventure qui se partage en famille !

Marine & Oceans
Marine & Oceans
La revue trimestrielle MARINE & OCÉANS est éditée par la "Société Nouvelle des Éditions Marine et Océans". Elle a pour objectif de sensibiliser le grand public aux principaux enjeux géopolitiques, économiques et environnementaux des mers et des océans. Informer et expliquer sont les maîtres mots des contenus proposés destinés à favoriser la compréhension d’un milieu fragile.   Même si plus de 90% des échanges se font par voies maritimes, les mers et les océans ne sont pas dédiés qu'aux échanges. Les ressources qu'ils recèlent sont à l'origine de nouvelles ambitions et, peut-être demain, de nouvelles confrontations.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.