Cargill investit 11 millions d’euros dans la filière goémonière bretonne

Avec cet investissement, le groupe compte optimiser et agrandir son site finistérien de production d’alginates, des substances extraites des algues et largement utilisées pour leurs propriétés stabilisantes et gélifiantes dans les domaines de la nutrition, de la pharmacie et des activités industrielles.

Localement, le renforcement de l’activité du site de Lannilis, qui emploie 66 personnes, “contribuera à la consolidation d’une filière goémonière en Bretagne”, assure le groupe.

“Investir plus de 11 millions d’euros sur un site industriel dans le contexte économique actuel, c’est un signe fort à destination de l’ensemble des partenaires de la filière et plus globalement pour l’économie bretonne avec qui nous souhaitons continuer à prospérer”, assure Hervé de Praingy, président de Cargill France, cité dans le communiqué.

Cette décision est un “élément clé” de la stratégie du groupe “visant à fournir des alginates de qualité à un prix compétitif aux secteurs alimentaire et pharmaceutique”, indique Cargill.

Cet investissement permettra d’augmenter la capacité de production du site, mais aussi d’en accroître la sécurité et d’améliorer la performance environnementale, grâce notamment à une meilleure gestion des eaux usées, souligne le groupe. Aucune embauche n’est toutefois prévue dans le cadre de ce développement.

Le groupe américain est implanté à Lannilis depuis 2006. Le site produit des alginates, issus d’algues brunes.

Le groupe agroalimentaire est présent en France depuis 1964 et y emploie près de 2 500 employés sur 20 sites. Basé dans le Minnesota, à Minneapolis, il est présent dans une soixantaine de pays.