CMA CGM redresse la barre après une fin d’année 2023 difficile

Paris, 17 mai 2024 (AFP) – Après une fin d’année 2023 difficile, le transporteur maritime CMA CGM a enregistré un rebond d’activité au premier trimestre 2024 grâce à un commerce mondial « plus dynamique qu’attendu » et une remontée des tarifs liée « aux perturbations du secteur en mer Rouge ».

Le bénéfice du groupe, qui s’élève à 785 millions de dollars sur les trois premiers mois de l’année, est cependant amputé des deux tiers par rapport à celui dégagé un an auparavant sur la même période (-61%).

A l’époque, le groupe marseillais surfait toujours sur la vague des tarifs élevés hérités de la désorganisation des chaînes logistiques post-Covid qui a permis au secteur d’engranger des profits phénoménaux, avant une normalisation tout au long de l’année 2023.

« Ce début d’année s’est révélé plus dynamique qu’attendu pour le commerce mondial de biens et notamment pour la demande de transport de marchandises », a cependant commenté devant des journalistes le directeur financier Ramon Fernandez.

Le volume de marchandises transportées a augmenté de 11,7% par rapport à l’année dernière et de 2,1% par rapport au dernier trimestre 2023.

« Notre division maritime réalise une performance solide, portée par le phénomène de restockage en Chine et aux Etats-Unis », a souligné le PDG du groupe, Rodolphe Saadé, cité dans le communiqué de résultat.

CMA CGM a en effet bénéficié d’une demande robuste, associée à une remontée des tarifs de fret après la chute de la fin de l’année 2023.

Le revenu unitaire par EVP (équivalent vingt pieds, la mesure de référence du secteur) s’est apprécié de 17% comparé au dernier trimestre 2023. Il a en revanche plongé de 20,7% par rapport à il y a un an, quand « il était toujours porté par les taux contractuels hérités de l’ère Covid », selon Ramon Fernandez.

– Baisse des tarifs attendue –

La situation en mer Rouge « a permis d’absorber la quasi totalité des nouvelles capacités – les nouveaux navires – qui arrivaient sur le marché au premier trimestre » en raison de l’allongement des routes maritimes et de l’obligation de contourner l’Afrique par le cap de Bonne Espérance, a souligné M. Fernandez.

CMA CGM n’emprunte plus que très rarement le canal de Suez et seulement si ses navires sont accompagnés d’une escorte militaire de l’armée française.

Pour autant, un tiers seulement des nouveaux navires prévus en 2024 ont été livrés au premier trimestre. L’arrivée de nouvelles capacités devrait donc avoir un impact sur les tarifs de fret qui, quelle que soit la durée du conflit en mer Rouge, « devraient mécaniquement se résorber progressivement, surtout en deuxième partie d’année » pour ensuite « ramener le marché du fret maritime à la situation de surcapacité qui a marqué la fin de l’année 2023 », a détaillé le directeur financier.

La division logistique, nouvel axe fort du groupe qui a intégré en mars sa dernière acquisition, Bolloré Logistics, a présenté un chiffre d’affaires stable sur un an au premier trimestre avec 3,9 milliards de dollars (+0,6%).

Le groupe a indiqué sa volonté de poursuivre sa « stratégie de développement et de diversification dans la logistique », secteur moins cyclique que celui du transport maritime.

Enfin, CMA CGM compte finaliser « à l’été » l’acquisition d’Altice Media (BFMTV, RMC), a précisé Ramon Fernandez.

agu/uh

SUEZ

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.