Investir à l’île Maurice dans l’économie bleue et le développement durable

L’Economic Development Board (Office mauricien de développement économique) organise, du 21 au 31 mai, la tournée en Europe d’une mission d’investissement rassemblant des décideurs économiques de l’Île Maurice, chefs d’entreprises et experts (promoteurs immobiliers, notaires, fiscalistes…) pour présenter les opportunités d’investissement offertes aux entreprises et aux investisseurs européens dans l’économie de l’océan.

La Mission sera :

  • A Nice le 21 mai – 17h-22h – Regency Hyatt

  • A Paris le 23 mai – 17h-22h – InterContinental Paris Le Grand

  • A Bruxelles le 27 mai – 17h-22h – Hilton Brussels Grand Place

  • A Genève le 29 mai – 17h-22h – Hôtel Le Métropole

  • A Londres le 31 mai – 09h-12h – Conrad London St James

Pour s’inscrire : https://www.decouvrirmaurice.com/

Située dans l’océan Indien, l’île Maurice dispose d’une vaste zone économique exclusive de 2,3 millions de km2, à laquelle s’ajoute une zone des fonds marins et du sous-sol de 396 000 km2 en gestion conjointe avec la République des Seychelles. 

Dans le monde, l’économie bleue est estimée à 2 300 milliards par an en termes de biens et de services. Plus de 3 milliards d’emplois dépendent de l’océan et les marchés inexploités, comme les services écosystémiques marins, sont évalués à 24 milliards de dollars. 

L’économie bleue mauricienne (pêche, transformation et commercialisation des produits de la mer, etc.), hors tourisme côtier, représente plus de 10 % du PIB et emploie environ 10 000 personnes. L’ambition du gouvernement est d’atteindre les 20 % du PIB à moyen terme.

À l’horizon 2030, la croissance attendue dans ce secteur est estimée entre 5 % et 6,5 %, contre 4,3 % dans les autres secteurs. La stratégie passe par la consolidation des activités traditionnelles ainsi que par le développement d’activités émergentes comme l’aquaculture, les services maritimes, la biotechnologie marine et l’exploitation pétrolière et gazière.

 

Les différents secteurs de développement de l’économie bleue mauricienne.

  • Exploration des fonds marins pour les hydrocarbures et les minéraux

  • Pêche, transformation des produits de la mer et aquaculture

  • Applications en eau profonde

  • Services maritimes

  • Activités maritimes liées aux ports 

  • Énergies marines renouvelables

  • Pôle de connaissances océaniques

 

Les opportunités d’investissement

  • 50 hectares de terres remises en état disponibles pour des activités portuaires, notamment : Pêche et transformation du poisson, Cale sèche, Stockage des carburants de substitution (y compris le GNL).

  • Des initiatives portuaires vertes telles que des projets d’énergie à terre, de biocarburants et d’efficacité énergétique

  • Aménagement d’un terminal et d’un brise-lames pour augmenter le débit des conteneurs et réduire les temps d’arrêt causés par des conditions climatiques défavorables (coût du projet : 835 millions de dollars).

  • Initiatives de ports intelligents pour accroître la compétitivité des ports.

 

Préservation de l’océan

En parallèle, le gouvernement s’est engagé dans des objectifs de développement durable et de préservation de l’océan comprenant notamment : La préservation de la biodiversité, Le soutien à la pêche durable, Le renforcement de la résilience aux impacts du changement climatique…

 Cela implique de nombreux secteurs pour la gestion du plastique, des approches respectant l’écosystème, une réduction de l’empreinte carbone, des conventions régionales et globales, le respect des aires marines protégées, un développement durable de la chaîne d’approvisionnement en produits de la mer…

 

Adaptation côtière.

  • Réhabilitation et protection des côtes mauriciennes contre les conséquences du changement climatique

  • Réhabilitation des plages érodées et de la végétation dans la zone dynamique de la plage

  • Renforcement des capacités de contrôle et de surveillance pour une meilleure protection des ressources marines 

  • Augmentation de la résilience de Port-Louis en offrant une protection contre le changement climatique, construction de digues  

  • Fonds d’adaptation climatique pour la restauration des écosystèmes marins, fruit d’une collaboration entre Maurice et les Seychelles.

 

Énergies marines renouvelables

Les énergies marines renouvelables font partie intégrante du mix électrique pour atteindre l’objectif du gouvernement mauricien de 60 % d’énergies renouvelables d’ici 2030.

L’Université technique du Danemark (DTU) finalise l’étude de faisabilité d’un parc éolien offshore de 100 MW.

Un projet de conversion de l’énergie thermique des océans (OTEC) par Mitsui doit voir le jour prochainement. 

Des projets pilotes d’énergie renouvelable marine et d’autres projets pilotes pourraient être envisagés dans le cadre du programme MARENA pour les technologies innovantes et émergentes.

Une évaluation de faisabilité est en cours pour 32 MW de panneaux solaires photovoltaïques flottants sur nos plans d’eau douce (chutes de tamarin). Le potentiel est estimé à environ 800 MW sur les plans d’eau douce pour Maurice.

 

Finance maritime durable

  • Initiatives sur le carbone bleu : restauration et amélioration des écosystèmes côtiers (comme les mangroves et les herbiers marins, pour séquestrer le carbone)

  • Échanges sur la bourse du carbone 

  • Obligations durables par la Banque de Maurice pour financer la résilience des écosystèmes marins et côtiers et financer la gestion durable de l’eau et la lutte contre le changement climatique

  • Financement de projets de recherche océanique du MRIC 

  • Projets durables financés par le PNUD et le Ocean Community Empowerment and Nature Programme (Royaume-Uni)

 

Les avantages de Maurice dans le secteur de l’économie bleue

  • Exonération fiscale de 8 ans pour les navires de pêche industrielle battant pavillon mauricien 

  • Accord quinquennal sur les droits de pêche pour les navires de pêche industrielle 

  • Pas de droits d’importation sur les équipements et les matières premières 

  • La TVA sur les matières premières est payable au dédouanement mais remboursable à l’exportation

  • L’impôt sur les sociétés à 3 % pour les entreprises orientées vers l’exportation

  • Taxe sur la valeur ajoutée à 15 % 

  • Taux d’imposition des particuliers et des sociétés, harmonisé à 15 % 

  • Dividendes libres d’impôt 

  • Aucune restriction sur la propriété : propriété étrangère à 100 % autorisée 

  • Pas de contrôle des changes : libre rapatriement des bénéfices, des dividendes et du capital 

  • Aucun capital étranger minimum requis 

  • Capital et abattements annuels pour les investissements en équipements

  • Remboursement du fret aérien pour les exportations de poisson réfrigéré

  • Accès préférentiel aux marchés de l’UE, des États-Unis, de l’Afrique, de la Chine et de l’Inde.

De nouvelles incitations ont également été mises en place : 

  • Certificat d’investissement :

    • Congé fiscal de 8 ans (nouvelles entreprises)

    • Exonération du paiement des droits d’enregistrement et des droits de cession immobilière pour le transfert de terres

    • Exonération du paiement du droit d’enregistrement et de la taxe de cession immobilière pour le transfert de biens-fonds sur lesquels il y a un bâtiment

    • Exonération de TVA sur la construction d’un bâtiment ou d’une installation spécialement construite pour la pêche industrielle, sur la construction d’un bâtiment spécialement construit à louer, sur les installations, machines et équipements

  • Certificat premium : 

    • Les incitatifs sont négociables avec le BCE, évalués par un technicien et approuvés par le ministre des Finances et peuvent comprendre :

    • Les rabais, les exemptions et les taux préférentiels, en ce qui concerne les taxes, les droits, les frais, les frais et les prélèvements en vertu de tout texte législatif ;

    • Facilités, subventions et exemptions relatives aux terrains et bâtiments, aux infrastructures et installations publiques, services publics et besoins en main-d’œuvre, y compris la main-d’œuvre étrangère.

 

Retrouver le dernier numéro de Marine & Océans : ici.

Marine & Oceans
Marine & Oceans
La revue trimestrielle MARINE & OCÉANS est éditée par la "Société Nouvelle des Éditions Marine et Océans". Elle a pour objectif de sensibiliser le grand public aux principaux enjeux géopolitiques, économiques et environnementaux des mers et des océans. Informer et expliquer sont les maîtres mots des contenus proposés destinés à favoriser la compréhension d’un milieu fragile.   Même si plus de 90% des échanges se font par voies maritimes, les mers et les océans ne sont pas dédiés qu'aux échanges. Les ressources qu'ils recèlent sont à l'origine de nouvelles ambitions et, peut-être demain, de nouvelles confrontations.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.