Coronavirus : quatorzaine sur un navire de luxe pour des résidents de Wallis et Futuna

” Le Lapérouse “, navire de croisière de la compagnie Ponant, est au mouillage dans la rade de Nouméa où il s’est ” réfugié ” depuis mi-avril, à cause de l’épidémie de coronavirus. Le bateau se trouvait en Nouvelle-Zélande dans le cadre d’un tour du monde, mais seuls les 92 membres d’équipage se trouvent à bord.

Selon la chaine de télévision Wallis et Futuna la 1ère, le yacht a été réquisitionné pour ramener environ 300 résidents de Wallis et Futuna, qui sont bloqués en Nouvelle-Calédonie. Indemne de cas de la maladie, le petit archipel de 11.000 habitants a suspendu le trafic aérien depuis le 16 mars.

” Le préfet nous a annoncé qu’il était possible d’acheminer nos résidents par bateau “, a déclaré Atoloto Kolokilagi, président de l’Assemblée territoriale. Contactée l’Administration supérieure (préfecture) n’était pas disponible pour préciser l’opération.

Yacht de 130 mètres comportant une centaine de suites et cabines mais aussi une piscine et deux restaurants, le Lapérouse devrait appareiller pour un premier trajet entre Nouméa et Mata’Utu, chef lieu de Wallis et Futuna, le 4 mai.

Le navire, qui est immatriculé à Wallis et Futuna, mettra 14 jours pour parcourir les 2.400 kilomètres qui séparent les deux archipels, afin de respecter la durée de la quarantaine prescrite contre le coronavirus. En temps normal, 5 jours auraient pu lui suffire.

Les passagers seront tous testés avant de partir et ne pourront embarquer qu’à la condition de ne pas être infectés par la maladie. Une procédure similaire sera appliquée pour le débarquement, tandis que cette ” quatorzaine flottante ” sera encadrée par une équipe médicale.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE