DCNS veut prendre le contrôle d’OpenHydro, dit son PDG

Alors qu’on lui demandait sur la radio BFM Business si le groupe public DCNS allait prendre le contrôle du groupe irlandais, et si l’Etat le laisserait faire, M. Boissier a répondu “quand vous voulez prendre des décisions stratégiques, il faut convaincre votre conseil d’administration, c’est à nous de le faire”, et “bien sûr que nous allons le faire”.

“Nous allons démontrer que c’est là l’avenir. Parce que l’avenir de DCNS c’est (…) de continuer de fournir à la Marine nationale les meilleurs produits dont elle a besoin, c’est d’exporter, et c’est d’être dans ces nouveaux métiers” comme les énergies marines renouvelables, a-t-il plaidé.

DCNS est détenu à 65% par l’Etat français et à 35% par le groupe d’électronique Thales.

DCNS, groupe français de construction navale militaire, qui cherche à se diversifier dans de nouveaux métiers autour de la mer, dont les énergies marines, était entré l’an dernier au capital d’OpenHydro, fabricant irlandais d’hydroliennes (turbines électriques sous-marines).

Le groupe, qui détient actuellement 11% des actions de la société irlandaise, dispose d’un option expirant à la fin de l’année, qui lui permettrait de monter à son capital et d’en prendre le contrôle.

THALES

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE