Des Français d’un navire interdit d’accoster à Marseille se disent “en colère”

“Les autorités françaises refusent le débarquement de plus de 400 Français à Marseille! C’est la raison de notre colère! Nous risquons d’être débarqués en Italie! Est-ce bien raisonnable?”, a déclaré par écrit à l’AFP Michèle Contini, une retraitée française de 72 ans, jointe via l’application WhatsApp.

Partis pour un tour du monde, Michèle et son mari Patrick, 70 ans, avaient quitté Venise le 5 janvier, pour un retour dans la cité des Doges prévu le 26 avril.

“Tout se passait très bien jusqu’au 20 février, où on nous a annoncé un changement d’itinéraire”, explique Mme Contini: annulation des escales prévues en Asie et route directe vers l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Puis l’océan Indien certes, mais seulement pour des escales techniques.

“En fait, depuis le 17 mars (NDLR: début du confinement en France), personne n’est monté ni descendu du bateau, et si les mesures d’hygiène ont été renforcées, toutes les actitivités demeurent”, insiste cette retraitée bayonnaise: “Les bars et restos sont ouverts, ainsi que les spectacles, tout se passe bien, il n’y a pas de coronavirus à bord. Sauf que nous sommes dans l’incertitude concernant notre retour en France”.

Autre crainte: “le risque d’être mis en quarantaine”, s’ils doivent rentrer depuis l’Italie.

Alors que les autorités espagnoles ont autorisé une escale du navire à Barcelone, la préfecture des Bouches-du-Rhône a confirmé vendredi soir l’interdiction faite au Costa Deliziosa d’accoster dans la cité phocéenne, où il n’avait pas d’escale prévue.

Le croisiériste comptait y débarquer “423 passagers francais, 4 monégasques et 3 membres d’équipage français”, ainsi que “580 personnes résidant en Allemagne, en Belgique et en Suisse”.

Un autre navire, le Magnifica, de la compagnie MSC, dont la destination était en revanche Marseille, devrait quant à lui débarquer plus de 1.700 personnes, dont 700 Français, à partir de lundi.

Dans un communiqué samedi, Costa Croisières a confirmé que le 168 ressortissants espagnols à bord du Deliziosa seront débarqués à Barcelone lundi.

Le restant des 1814 passagers et 898 membres d’équipage sera débarqué à partir de mercredi dans le port italien de Gênes, où le navire devrait accoster mardi soir.

Aucun cas de Covid-19 n’est à signaler à bord, insiste la compagnie, qui confirme qu’elle “organisera le transport de ses passagers restants, vers leur destination finale, au départ de Gênes”, et ce “malgré les complexités actuelles dues aux restrictions de voyage imposées par différents gouvernements visant à contrer la propagation” de la pandémie.

Dans ce communiqué, la compagnie n’évoque pas la proposition du maire de Cannes (Alpes-Maritimes) de récupérer un couple de retraités cannois à bord, ainsi que les parents d’une Cannoise, lors d’une escale que le Deliziosa pourrait faire au large de la ville.

David Lisnard avait fait cette proposition dans un courrier adressé vendredi au ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian, courrier transmis samedi à l’AFP.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE