Des grévistes de la Méridionale bloquent l’entrepôt de leur actionnaire

“400 tonnes de produits frais destinées à être livrées dans les Bouches-du-Rhône sont bloquées à quai”, a indiqué le responsable d’exploitation du site Damien Cheylan. Selon la CGT et l’entreprise, une cinquantaine de personnes occupent l’entrée du site depuis 06H00, empêchant les camions frigorifiques d’effectuer leurs livraisons.

Des salariés de la Méridionale sont en grève depuis vendredi pour protester contre l’éviction partielle de la compagnie maritime des négociations concernant les liaisons entre les cinq ports corses et Marseille dans le cadre de la délégation de service public (DSP).

Mercredi, trois navires de Corsica Linea étaient toujours bloqués à quai. La Méridionale a elle annulé quatre de ses liaisons pour la journée.

La Méridionale partageait jusqu’à présent avec la compagnie Corsica Linea (ex-SNCM), détenue par un groupement d’entrepreneurs corses, la desserte de la Corse depuis Marseille.

“Nous voulons que notre actionnaire se bouge”, a expliqué Patrice Marty, délégué CGT à La Méridionale, soulignant que des discussions sont en cours entre les dirigeants du groupe Stef et de Corsica Linea.

Un rapport confidentiel de la Collectivité de Corse prévoit d’écarter La Méridionale de trois des cinq lignes prévues dans la DSP, entre Marseille et trois ports corses Ajaccio, L’Ile-Rousse et Bastia. Si ce rapport est confirmé par un vote à l’Assemblée de Corse, La Méridionale ne pourrait prétendre qu’à la ligne Marseille-Porto-Vecchio, dont la procédure d’attribution a été jugée infructueuse et qui doit être relancée.

est/cr/nth

DSP GROUP

STEF

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE