Grèce : tir d’une frégate grecque contre deux drones en mer Rouge

Athènes, 13 mars 2024 (AFP) – Une frégate grecque, participant à l’opération européenne de protection de la navigation en mer Rouge, a tiré mercredi « un coup de canon » contre deux drones, a-t-on appris auprès du ministère grec de la Défense.

« La frégate Hydra, dans le cadre de l’opération (européenne) Aspides, a tiré un coup de canon contre deux engins aériens sans pilote (UAV) alors qu’elle protégeait un navire marchand », selon un bref communiqué.

Aucun autre détail n’a été donné sur cet incident mais la frégate a poursuivi sa mission normalement, selon la même source.

C’est la première fois depuis l’envoi de cette frégate le mois dernier qu’Athènes annonce avoir visé des drones en mer Rouge.

La Grèce participe à la coalition militaire internationale en mer Rouge pour prévenir les attaques des rebelles yéménites Houthis contre les navires marchands.

Pays de premier plan pour le fret maritime, la Grèce a un « intérêt fondamental » à faire face à une « menace massive » contre le transport maritime mondial, avait assuré en décembre le ministre de la Défense Nikos Dendias.

Les rebelles Houthis ont lancé ces derniers moins une série d’attaques de drones et de missiles contre des navires en mer Rouge, en riposte aux bombardements israéliens sur la bande de Gaza.

Face à ces attaques, les Etats-Unis ont mis en place en décembre une force multinationale de protection maritime en mer Rouge, baptisée « Prosperity Guardian », tandis que l’Union européenne a lancé en février une mission similaire, nommée Aspides, prévue pour un an et éventuellement renouvelable.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE