La Chine teste son premier navire de forage en haute mer

Pékin, 18 déc 2023 (AFP) – Le premier navire de forage en haute mer développé par la Chine effectuera son premier voyage d’essai cette semaine, ont annoncé lundi les médias d’État, y voyant une étape clé dans le développement des capacités d’exploration océanique de la Chine.

Le “Mengxiang”, qui signifie “rêve”, est le navire le plus avancé au monde dans son genre, a indiqué la chaîne de télévision publique CCTV, avec une capacité de forage de 11.000 mètres (36.000 pieds).

Ces dernières années, la Chine s’est employée à afficher sa puissance maritime, en particulier en mer de Chine méridionale, riche en ressources, où elle est aux prises avec des conflits territoriaux avec plusieurs pays.

Les fonds marins dans cette région pourraient recéler d’énormes gisements de pétrole et de gaz inexploités, dont les estimations varient considérablement selon les sources.

Pékin revendique le contrôle de la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale et son déploiement accru de navires et autres moyens pour imposer sa domination sur des zones contestées, agace autant les pays voisins que les États-Unis.

Pour son premier test, “Mengxiang” doit quitter vendredi la ville méridionale de Guangzhou, a indiqué CCTV sans préciser le lieu de cette opération.

Le navire peut intervenir dans toutes les eaux du monde, selon les médias, et a la capacité de mener des missions en haute mer pouvant durer jusqu’à 120 jours.

Il dipose d’une autonomie de 15.000 milles marins (27.780 km), et de neuf laboratoires à bord, spécialisés notamment dans les sciences marines et la microbiologie, a indiqué CCTV.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE