Le bel été de la filière française du nautisme

Paris, 31 août 2022 (AFP) – En paddle, en voilier ou bateau à moteur, la filière française de la plaisance et du nautisme a connu un été de “très grande qualité”, marqué par l’appétence des Français à naviguer et le retour de la clientèle étrangère, a estimé mercredi son président.

“L’été a été de très grande qualité. L’envie de naviguer des Français se confirme”, après une saison 2021 déjà marquée par un “net rebond”, a affirmé Jean-Paul Chapeleau, président de la Fédération des industries nautiques (FIN), lors d’une conférence de presse marquant la fin de la saison 2021-2022.

Ecoles de voile, centres nautiques, ports de plaisance et locations de bateaux ont fait le plein. Les locations de voiliers et bateaux à moteurs en mer affichent ainsi une hausse estimée entre 10 et 14% par rapport à l’an passée, pour un chiffre d’affaires “supérieur à 250 millions d’euros”, selon Emmanuel Allot, administrateur de la FIN.

“Si l’arrière-saison confirme la tendance, nous pensons faire mieux qu’en 2019. Cette dynamique est portée par les Français (…) mais aussi par le retour de la clientèle étrangère après deux années compliquées”, selon Michaël Quernez, président de la fédération des ports de plaisance, cité dans un communiqué.

Les locations fluviales sont elles en hausse de 5 à 7% par rapport à 2019, malgré quelques freins dus notamment à la fermeture de 900 kilomètres de canaux et la prolifération d’algues en raison de la chaleur.

La pratique de la plaisance est marquée par l’apparition d’une “nouvelle génération qui va sur l’eau”, s’est félicité M. Chapeleau. Ces nouveaux pratiquants sont cependant moins expérimentés, ce qui suppose de renforcer les formations et embaucher notamment des skippers alors que la filière fait face à des difficultés de recrutement.

Le bilan désormais établi de la saison 2020-2021 faisait déjà apparaître un boom des ventes de bateaux d’occasion de 46% après une hausse de 30% l’année précédente. “La demande est toujours présente mais il y a très peu de disponibilités, ce qui est une bonne chance pour l’avenir” et la vente de bateaux neufs, selon M. Chapeleau, qui se dit “très confiant pour la saison 2023, quoi qu’il arrive”.

Portés par les voiliers, la production française a affiché une hausse de 3,6% en 2020-2021, à 1,2 milliard d’euros, destinés aux quatre-cinquièmes à l’export, malgré les difficultés de recrutement et d’approvisionnements en composants et matières premières.

La filière française du nautisme représentait en 2021 un chiffre d’affaires de 4,95 milliards d’euros, en hausse de 4,9%.