Les syndicats de la SNCM demandent officiellement le report du changement d’actionnaires

Dans une motion dont l’AFP a obtenu une copie, les organisations syndicales et les élus du comité d’entreprise – qui s’est réuni mardi – “déclarent leur défiance à l’encontre des actionnaires de la SNCM, État et Transdev, et réclament sans délais, l’arrêt de la remontée des 66% du capital de la SNCM vers Veolia Environnement au 30 juin prochain”.

Elus du CE et syndicats “font le constat qu’ils ne peuvent toujours pas émettre un avis concernant le projet de remontée des 66% de la SNCM vers Veolia Environnement” en raison de réponse manquante ou insuffisante sur plusieurs points.

Les élus soulignent notamment qu’ils n’ont pas eu de “réponse sur les modifications ou non du rôle de l’État actionnaire”, notamment sur le “maintien de la minorité de blocage”, le “maintien de ses droits de veto sur les choix stratégiques de la société” et la garantie de l’unicité de la SNCM” ou encore le “maintien de la garantie de l’emploi”.

Les élus déplorent dans la même motion l’absence d’information sur le financement du renouvellement des navires prévu par le plan adopté en conseil de surveillance la semaine dernière et présenté en comité d’entreprise, un plan qu’ils qualifient de “dégradé”.

Aujourd’hui détenue à 66% par Veolia Transdev , une coentreprise partagée à égalité entre Veolia Environnement et la Caisse des dépôts (CDC), la SNCM doit au 30 juin passer sous le contrôle du seul Veolia, qui récupérerait ainsi ces 66%.

Ce transfert de la SNCM, compagnie structurellement déficitaire, est une condition sine qua non pour pouvoir basculer le reste de Veolia Transdev à la CDC.

La motion est signée par les syndicats CGT, SAMMM, CFE-CGC, CFDT, CFTC, et soutenue par FO (non représenté au CE).