L’Espagne refuse de participer à la coalition militaire en mer Rouge

Madrid, 24 déc 2023 (AFP) – L’Espagne ne participera pas à la coalition internationale pour protéger le trafic maritime en mer Rouge contre les attaques des rebelles Houthis du Yémen, mais ne s’opposera pas à la participation des autres pays européens dans le cadre d’une mission spécifique.

Après plusieurs jours d’atermoiements et une gêne évidente, le gouvernement de gauche espagnol a précisé, via une déclaration du ministère de la Défense publiée samedi soir, s’opposer à un élargissement de la mission de l’opération européenne Atalante, qui lutte depuis 2008 contre la piraterie dans l’océan Indien.

Le ministère rappelle que cette mission Atalante se limite actuellement à la seule Espagne et à un seul navire, la frégate Victoria, et met en avant le fait que la récente reprise des actes de piraterie dans la zone “requiert un investissement maximum” de cette mission.

“La nature et les objectifs de la mission Atalante (…) n’ont rien à voir avec ceux que l’on ambitionne d’atteindre en mer Rouge”, insiste par ailleurs le ministère.

Le gouvernement du socialiste Pedro Sánchez estime pour cette raison “indispensable” la création d’une mission “nouvelle et spécifique” consacrée à la protection du trafic maritime commercial en mer Rouge.

Cette mission ad hoc devra avoir “un champ d’action, des moyens et des objectifs propres, décidés par les organismes compétents de l’UE”, assure le ministère, qui ajoute que “l’Espagne ne s’oppose en aucun façon à sa création”.

Interrogé dimanche par l’AFP, un porte-parole du ministère a toutefois précisé que l’Espagne “ne participera(it) pas” à cette opération de l’UE. Le ministère n’a pas expliqué les raisons de ce refus, annoncé peu après un appel téléphonique vendredi du président américain Joe Biden à M. Sánchez.

La Maison Blanche avait souligné dans un communiqué que l’entretien avait notamment porté sur “(la condamnation) des attaques actuelles des Houthis contres des navires commerciaux dans la mer Rouge”, un sujet que le gouvernement espagnol n’avait de son côté pas évoqué lorsqu’il a fait état de cette discussion téléphonique.

– “Prudence maximale” –

Selon la presse espagnole de dimanche, le refus de Madrid de s’impliquer dans cette mission dirigée par les Etats-Unis s’explique vraisemblablement par des raisons de politique intérieure.

M. Sánchez doit, en effet, composer au sein de la coalition gouvernementale avec un parti de gauche radicale, Sumar, très hostile à la politique étrangère américaine.

Dans une interview jeudi à une radio, la leader de ce parti, Yolanda Díaz, également vice-présidente du gouvernement, avait ainsi estimé “énormément hypocrite” la rapidité des pays occidentaux à protéger le commerce maritime international, l’opposant à leur impuissance à protéger la population civile de Gaza des bombardements israéliens.

La création de cette coalition militaire en mer Rouge, baptisée “Prosperity Guardian” et dirigée par les Etats-Unis, avait été annoncée par le ministre de la Défense américain, Lloyd Austin, lundi à Washington.

M. Austin avait indiqué que dix pays participeraient à cette coalition, parmi lesquels l’Espagne. Selon le site d’information El Confidencial et le quotidien El País, cette annonce avait provoqué le mécontentement du gouvernement espagnol, qui n’avait pas été consulté à l’avance.

La porte-parole du gouvernement espagnol, Pilar Alegría, avait ainsi averti que l’Espagne ne participerait “jamais à une opération (de manière) unilatérale” et ferait preuve d’une “prudence maximale”.

La mise sur pied de cette coalition constitue une source de tension supplémentaire pour les relations entre Madrid et Washington, perturbées récemment par une affaire d’espionnage, l’Espagne ayant discrètement expulsé deux espions américains qui avaient infiltré les services secrets espagnols en recrutant deux agents du Centre national du Renseignement (CNI).

Dans son communiqué, le ministère de la Défense croit néanmoins bon de préciser que “l’Espagne est et sera toujours un allié sérieux et fiable” des missions militaires de l’UE, de l’Otan et des Nations Unies, “comme le démontrent les 3.000 hommes et femmes des forces armées espagnoles” engagées actuellement dans des missions de la paix.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE